16

Comment faire un bilan de compétences en 2017

Le bilan de compétences permet d’envisager son évolution professionnelle dans une perspective concrète. Vos compétences et votre profil gagneront à être mieux connus : ils peuvent être l’opportunité d’accéder à un poste mieux rémunéré ou plus intéressant, ils offrent aussi l’occasion de changer de secteur d’activités pour trouver un cadre de travail qui vous correspond mieux ou, tout simplement, retrouver un emploi.

Première étape avant de prendre toute décision concernant sa carrière professionnelle, le bilan de compétences garantit des options réalistes. Un rapport émis par le Comité Paritaire Interprofessionnel National pour L’Emploi et la Formation annonce d’ailleurs 27 738 bilans réalisés en 2013. Aujourd’hui, il reste plébiscité par les salariés, malgré la disparition du DIF, et résiste à la concurrence du Conseil en Évolution.

Ce retour sur son parcours professionnel demande pourtant un certain investissement personnel. De plus, un contexte de travail difficile comme une période sans activité professionnelle ne mettent pas vraiment en confiance les candidats au bilan de compétences. Mais, ceux qui se lancent dans l’aventure le vivent comme une véritable bouteille d’oxygène.

Vous pourriez alors objecter : en quoi diffère-t-il du CV ? Quelle légitimité a-t-il ? Il se situe en amont.

Ce regard en arrière permet d’aller de l’avant, de mieux se connaître et de suivre un nouveau chemin avec sérénité.

Loin des épreuves de sélection redoutées, le bilan de compétences ne vise pas non plus à vous imposer une norme ni un classement pour un métier donné. (Voir l’étude sur l’intérêt du bilan de compétences) En fait, il ne s’agit pas de faire un bilan au sens comptable du terme : vous préparez activement votre devenir et votre réussite professionnels.

Toutefois, cette expérience positive nécessite une bonne connaissance de vos droits pour financer le bilan et en bénéficier dans des conditions favorables. Vous trouverez donc, dans ce mini guide, les informations indispensables pour réaliser un bilan de compétences, en comprendre les enjeux et en tirer le meilleur parti. D’un coût moyen de 1600 à 1800 € selon les chiffres du Parisien, il se déroule en plusieurs temps avec des rencontres à programmer dans le calendrier. Il utilise des méthodes reconnues et approuvées par le code du travail.

Nous vous expliquerons également comment faire un bilan de compétences gratuit en ligne.

Qu’est-ce qu’un bilan de compétences ?

bilan de competences

Une démarche personnelle

Le bilan de compétences se fait à la demande ou avec l’accord de la personne concernée. Il relève d’un besoin de faire le point, à un moment donné de sa carrière professionnelle.

Créé pendant les années 80 par des centres spécialisés, il s’inscrit dans un accompagnement professionnel. L’Apec l’utilise dès 1981 pour simplifier la mobilité interne et l’outplacement chez les cadres. Il peut d’ailleurs être initié par l’employeur lui-même mais ne peut aboutir qu’après l’acceptation du salarié qui dispose d’un délai de 10 jours pour prendre sa décision. Même dans ce cas de figure, les données personnelles et les résultats obtenus restent confidentiels et exploitables selon le bon vouloir de l’intéressé. En cas de refus de faire un bilan, aucune sanction ne peut être retenue contre l’employé.

D’ailleurs, vous n’êtes pas tenu non plus de mettre au courant votre employeur lorsque vous entreprenez un bilan de compétences. Il existe plusieurs types de bilans de compétences pour une réponse en adéquation avec votre situation. En voici quelques uns :

  • le bilan de compétences pour les salariés
  • le bilan de compétences approfondi pour les demandeurs d’emploi
  • le bilan spécifique aux cadres
  • le bilan propre aux seniors
  • le bilan pour les travailleurs handicapés
  • un bilan de maintien dans l’emploi
  • un bilan pour préparer sa retraite

Un premier entretien permet de déterminer celui qui convient à votre cas. À chaque fois, il s’agit de faire un état des lieux des compétences acquises, des aptitudes intellectuelles, en lien avec la personnalité ou développées avec l’expérience, et de la motivation. Un expert accompagne cette démarche pour définir un projet professionnel ou de formation, en accord avec le marché de l’emploi, votre potentiel et vos attentes personnelles.

Ce bilan complet s’articule souvent autour d’un licenciement ou d’un départ de l’entreprise, d’une envie d’évolution du poste ou d’une orientation vers un autre métier. Il répond à vos questions pour une bonne gestion de votre carrière et permet de retrouver un emploi épanouissant. Un consultant vous aide à valoriser votre expérience et votre profil pour certains postes, quelques soient votre âge, votre statut ou votre niveau d’études.

Il existe des annuaires pour trouver un centre de bilans de compétences mais vous pouvez également prendre contact pour un bilan de compétences en ligne.

Un droit

Le bilan de compétence rentre dans le cadre du Code du Travail. Défini de façon précise dans l’article 900-2, il suit sa réglementation : « Le bilan de compétences permet à son bénéficiaire d’analyser ses compétences professionnelles et personnelles, ses aptitudes et motivations, afin de définir un projet professionnel et, le cas échéant, un projet de formation. ».

Cet article de loi détermine les objectifs visés par l’exercice et garantit un résultat exploitable au candidat à un bilan de compétences, à condition de choisir un organisme expert. Ce droit est soumis à conditions. Pour en bénéficier, il faut remplir certains critères d’éligibilité :

  • Pour un salarié en CDI : il faut 5 ans d’activité professionnelle, dont 1 année dans l’entreprise actuelle.
  • Pour un salarié en CDD : 24 mois d’ancienneté, consécutifs ou non, sont nécessaires, avec un minimum de 4 mois en CDD.
  • Pour un intérimaire : 5 ans d’ancienneté sont demandés avec 2 028 heures pour l’entreprise de travail temporaire concernée par la demande. Si vous restez dans la même branche en tant qu’intérimaire durant 3 ans, avec 1 an dans l’agence de travail temporaire actuelle, vous pouvez obtenir un bilan.
  • Pour un fonctionnaire : depuis 2007, le droit à la formation permet de prétendre à un bilan professionnel avec 10 ans de service. Cette démarche s’inscrit alors dans la perspective d’une évolution géographique ou professionnelle.
  • Pour un demandeur d’emploi : un bilan est accessible à partir de 3 ans d’expérience professionnelle. Il concerne les personnes de moins de 55 ans, au chômage depuis plus de 6 mois.
  • Pour une personne de plus de 45 ans : à cet âge, vous accédez automatiquement à votre demande. Une ancienneté de 20 ans déclenche aussi ce droit.

Les étudiants ont accès à de nombreux tests en ligne pour définir leur personnalité et choisir leur orientation vers une filière susceptible de leur plaire ou pour trouver une formation dans la continuité de leur parcours scolaire. Ces mini bilans préparent aussi l’entrée dans la vie active : bien connaître son profil permet de postuler au bon endroit avec une lettre de motivation ainsi qu’un CV adaptés pour le poste demandé.

Un bilan de compétences prépare bien à l’entretien d’embauche, surtout pour les jeunes diplômés : ils mettent en avant qu’ils sont opérationnels même avec peu d’expérience. (Voir les conseils réservés aux étudiants)

Une étape de votre parcours professionnel

Cette démarche personnelle que constitue le bilan de compétences est souvent motivée par la nécessité de se former ou de se reconvertir pour conserver un emploi. Mais elle correspond aussi à un besoin naturel d’évoluer, de s’épanouir au travail, d’avoir davantage de responsabilités et de reconnaissance. Elle s’inscrit donc dans un projet personnel, une recherche de meilleures conditions de travail comme d’une nouvelle source de motivation.

Le bilan de compétences peut amener à une demande de Validation des Acquis de l’Expérience (VAE). Il existe même un Creacif pour faire un bilan avant de vous lancer dans la création de votre propre entreprise : 15 heures d’accompagnement vous aident à connaître vos capacités entrepreneuriales.

Concrètement, le bilan de compétences se présente comme une perspective à envisager, ou un nouvel élan, pour une solution professionnelle satisfaisante. Il est donc réalisé :

  • suite à un licenciement ou un départ volontaire
  • avec l’envie d’évoluer au sein de son entreprise
  • lorsqu’il s’agit de redéfinir son plan de carrière
  • lorsque la mission et le poste ne répondent plus aux attentes
  • lorsqu’une reconversion est envisagée
  • pour retrouver un emploi en adéquation avec les qualifications

Si les objectifs visés s’avèrent différents pour chacun, les résultats garantissent tous un programme concret et personnalisé pour faire évoluer la situation initiale. Cette analyse du parcours professionnel permet de donner du sens à l’expérience accumulée. Un lien évident apparaît entre les temps forts de votre vie professionnelle. Vous mesurez le chemin parcouru. Vous appréciez à leur juste valeur les hauts et les bas de votre activité salariale pour trouver votre voie. Vous analysez vous-même vos compétences.

Le professionnel qui vous guidera saura vous aider à éviter les obstacles : la dévalorisation personnelle ou sociale suite aux difficultés rencontrées au travail, la difficulté à imaginer une sortie de l’impasse, l’anxiété face à un choix déterminant, le manque de méthode ou d’informations précises. Le bilan de compétences redonne ainsi confiance en l’avenir avec des options réalistes.

Les différentes phases du bilan

evaluation des aqcuis

Un véritable bilan ne se fait pas en une fois. Il faut du temps pour mûrir son projet et prendre du recul sur ses expériences. Selon le prestataire choisi, le bilan de compétences se déroule en 3 ou 4 temps :

  • 1ère étape : Un entretien préalable permet de définir vos besoins et vos attentes en regard des méthodes proposées pour réaliser ce bilan. Cette phase fixe les objectifs de la démarche pour les deux partis. Le client doit valider les choix qui s’offrent à lui avant de s’engager. Par définition, le bilan répond aux interrogations de la personne qui souhaite le faire, il lui appartient donc d’en juger par elle-même.
  • 2nde étape : La phase de tests commence alors. Il s’agit pour le professionnel en charge de votre dossier d’analyser votre parcours afin d’identifier vos compétences techniques et relationnelles, de déterminer votre degré de motivation comme votre potentiel effectif.
  • 3ème étape : Les résultats ainsi que des pistes d’évolution vous sont exposés. Ces bases servent à mettre en place un projet avec un plan d’action à concrétiser. Un rapport vous est personnellement remis.
  • 4ème étape : Certains organismes assurent un suivi : un coach vous accompagne dans votre recherche d’emploi. Il vous montre comment exploiter vos données personnelles mises en lumière lors des tests et des discussions.

Chaque séquence dure entre 2 et 3 heures. Le bilan nécessite environ 5 à 8 entretiens (15 heures), répartis sur plusieurs semaines. Ces rendez-vous peuvent avoir lieu durant le temps de travail ou en fin de journée. En journée, il vous faut une autorisation d’absence de votre employeur. L’accompagnement comprend l’aide aux démarches administratives pour le financement du bilan. Les discussions apportent un regard objectif sur votre vécu professionnel et guident vos réflexions personnelles entre les différentes séances. Le consultant suit un protocole précis pour vous aider en toute objectivité. Il cherche à vous révéler à vous-même et surtout pas à influencer votre personnalité.

Vous aurez des feuilles à remplir au retour de chaque séquence : cet exercice à tête reposée vous encourage à l’analyse et à la recherche d’informations sur votre orientation future. Vous prenez en main votre carrière, vous ne subissez plus les aléas du secteur d’activités.

Une analyse de vos points forts et de vos difficultés permet de construire votre avenir. Les tests mettent en évidence vos centres d’intérêts : réalisés sous forme de jeux, ils définissent les postes qui vous conviennent le mieux. Une évaluation de votre niveau d’anglais donne une idée des métiers à cibler.

Le bilan de compétence approfondi confronte aussi les compétences du demandeur d’emploi avec les statistiques du marché du travail local.

À qui adresser sa demande ?

bilan de competences en ligne

Vous devez rédiger une demande écrite pour bénéficier d’un bilan de compétences. Vous préciserez la date et la durée du bilan ainsi que le nom de l’organisme retenu. Si vous souhaitez faire ce bilan durant le temps de travail, vous devrez demander un congé bilan de compétences au moins 60 jours avant la date de l’entretien préliminaire. L’employeur a 30 jours pour accepter votre projet. À noter qu’il peut demander un report mais pas au-delà de 6 mois. De même, le bilan de compétences ne peut pas être demandé au titre du Compte Personnel de Formation (CPF) et le DIF qui permettait de financer le bilan n’existe plus depuis le 1er janvier 2015.

Si vous optez pour un bilan hors temps de travail, vous adresserez votre demande à un organisme paritaire agréé par l’État (OPCA). Ainsi, votre employeur ne sera pas tenu au courant de votre démarche et vous pourrez bénéficier d’une prise en charge du financement.

Les personnes au chômage font une demande auprès de leur conseiller référent à Pôle Emploi. Le bilan doit se dérouler dans un centre agréé. Ceux qui préfèrent un bilan de compétences en ligne pour plus d’indépendance n’ont qu’à remplir le formulaire dédié, dans la rubrique « contact ».

Profitez de votre entretien annuel d’évaluation

N’appréhendez pas votre entretien annuel avec votre supérieur hiérarchique. Voyez-le au contraire comme une opportunité de plus pour pouvoir faire le point et aborder le sujet de vos compétences avec votre employeur. Vous êtes entrés sans diplôme et avez évolué au fil des années au sein de la société ? C’est peut-être le moment pour vous de demander à bénéficier d’une Validation des Acquis de l’Expérience. Ainsi, vous pourrez bénéficier d’une reconnaissance officielle de vos compétences et pourquoi pas d’une augmentation de salaire !

Faire reconnaitre officiellement vos compétences vous permettra d’assurer éventuellement le passage plus facile d’une société à une autre si vous étiez amené à quitter celle dans laquelle vous travaillez.

Tenez un journal de bord à jour

Tenir un journal de bord dans lequel vous consignerez toutes les formations reçues dans votre carrière, vos acquis professionnels et les aptitudes que vous aurez pu acquérir sera pour vous un précieux atout. Vous n’aurez qu’à le consulter le jour où vous ressentirez le besoin de faire le point et de faire valoir votre expérience. Ce journal de bord pourrait même s’avérer être le précieux sésame pour l’accès à un nouvel emploi témoignant de votre rigueur et de votre implication dans votre carrière. Un potentiel recruteur ne pourra que féliciter cette démarche.

Comment financer son bilan de compétences ?

bilan de competences test

Les termes de la prise en charge

Ce bilan complet a un coût, il représente un investissement sur le long terme. Mais son financement ne vous incombe pas forcément. Votre bilan de compétences peut être complètement ou partiellement pris en charge, sous réserve de certaines conditions. Une personne au chômage peut bénéficier d’un bilan gratuit si sa démarche s’inscrit dans la logique de sa recherche d’emploi.

Un financement partiel par Pôle Emploi reste également envisageable. Ceux qui demandent un Congé Individuel de Formation (CIF), ou un Plan de Formation à leur entreprise, pourront s’absenter 24h à chaque rendez-vous et conserver leur salaire, si le prestataire figure sur la liste des organismes paritaires : votre employeur vous rémunère normalement et se fait rembourser par l’organisme collecteur de fonds auprès duquel il cotise. Vous devrez signer une convention avec l’OPACIF.

Les différents organismes de financements

L’Organisme Paritaire au titre du Congé Individuel de Formation (OPACIF) s’avère la principale source de financement du bilan de compétences : en 2013, 63% des bilans sont financés dans le cadre d’un congé bilan de compétences, dans et hors temps de travail, selon un rapport du Comité Paritaire Interprofessionnel National pour l’Emploi et la Formation. Cependant, vous ne contacterez pas le même organisme de financement selon que vous souhaitez ou pas avertir votre employeur.

Les OPCA gèrent les demandes indépendantes : agréés par l’État, ils collectent des fonds auprès des entreprises adhérentes et sont organisés par secteurs d’activités. La prise en charge dépend alors des capacités financières du réseau mais, aussi, des priorités et des choix de l’État. L’intervention des l’OPACIF, en revanche, nécessite l’accord de l’employeur.

Le réseau Fongecif

Le Fongecif est l’organisme OPACIF le plus connu. Il œuvre en région. Il rassemble les fonds de gestion du Congé Individuel de Formation (CIF). Environ 1/3 du financement Fongecif est réservé aux bilans de compétences : en 2015, Fongecif Ile-de-France comptait 4 889 candidats au bilan de compétences bénéficiaires de ses fonds. OPCALA octroie de l’argent pour la formation continue, par régions et par secteurs d’activités.

Des annuaires permettent de choisir un prestataire qui appartient au réseau des centres de bilans de compétences, le CICB. Ce réseau regroupe plus de 250 centres susceptibles de signer la convention avec Fongecif. Ces agences de spécialistes du bilan de compétences s’occupent en général des demandes de financement après une évaluation de votre situation et de vos droits. Avant de choisir la vôtre, pensez à celles disponibles en ligne. En plus, un premier bilan de compétences gratuit en ligne permet une estimation de l’intérêt de la démarche pour votre cas. Un test de personnalité en ligne prend environ 10 minutes, vous recevez ensuite votre profil décrypté par un coach dans votre boîte mail. Vous décidez de donner suite ou pas…

10 conseils pour profiter d’un bilan de compétences

  1. Faites le tour de la question avant d’engager des démarches administratives.
  2. Privilégiez la procédure qui induit un contexte favorable et serein.
  3. Choisissez un centre à proximité de votre lieu de vie.
  4. Contactez un centre agréé.
  5. Ne vous engagez pas avec un interlocuteur qui vous met mal à l’aise.
  6. Profitez de ce temps pour ouvrir votre esprit à une nouvelle façon d’aborder le travail.
  7. Acceptez vos limites comme chacun.
  8. Enthousiasmez-vous pour vos décisions professionnelles.
  9. Inscrivez-vous à la formation retenue.
  10. Contactez vos prochains recruteurs.

À présent, vous disposez de toutes les informations pour vous lancer dans l’aventure. Avant de vous engager dans une démarche globale, vous pouvez réaliser quelques tests en ligne pour mieux définir vos priorités et vos axes de recherches. Vous appréhenderez ainsi votre demande de bilan de compétences en toute sérénité.

Prenez contact sur notre site pour bien choisir votre nouvelle formation et réussir votre reconversion vers une profession qui vous correspond.

Click Here to Leave a Comment Below 16 comments
Plus dans Reconversion professionnelle
changer de job
Stratégie pour changer de job sans prendre de risques

Qui n’a jamais rêvé de plaquer son job du jour au lendemain pour repartir à zéro et se lancer dans...

Fermer