Accueil Formations Fiches Métiers Fiche métier: comment devenir styliste?

Fiche métier: comment devenir styliste?

Le métier de Styliste consiste à dessiner et créer des vêtements afin de prévoir les tendances de la mode à venir.

styliste

Mission

Le styliste compose pour chaque saison les vêtements de mode en donnant libre cours à son imagination. Il dessine le style, les contours, les formes, les couleurs, les lignes et tout ce qui constitue la tendance qu’il donnera à la collection finale. Il doit équilibrer ses créations entre les demandes du marché, ses employeurs et sa propre créativité.

Il est attendu du styliste qu’il sache réaliser des croquis de ses modèles. Cet ensemble de dessins doit convenir au directeur de collection. Ce dernier, pour décider, se fonde sur ses propres critères esthétiques, sur le cahier de tendance établi par les services marketing et les idées du styliste.

Avant de passer à la confection, la transformation du dessin en modèle fini, s’effectue par le choix du ou des tissus à utiliser. Le Styliste conseille le client, à l’aide d’une gamme de produits de sa connaissance, afin de convenir d’une texture et d’un prix global. Pour cela, il est accompagné du modéliste qui offre un autre regard sur la faisabilité du modèle.

Lorsque son projet est validé, le styliste doit réaliser un patron, le mettre en forme, en s’appuyant sur le modéliste et, pour les entreprises importantes, sur le bureau d’étude. Il doit être en mesure de suivre l’évolution du produit et de procéder à des retouches de forme une fois celui-ci terminé.

Qualités et Compétences

  • Une bonne créativité est la qualité de base du métier. Elle doit s’allier avec une vision réaliste des projets. Le styliste est ainsi capable de comprendre les tendances du marché de la mode et d’y apporter sa signature grâce à son instinct.
  • Il dispose d’un goût particulier et sait trouver les originalités qui plairont aux futurs clients. Ses idées et sa vision sont aux fondements de son travail. L’exemple de cette styliste indépendante en est une preuve.
  • Il est indispensable de connaître et de bien maîtriser les logiciels de conception, création et design assistés. Les plus connus et utilisés sont Illustrator, Photoshop et Prostyle. Les créations sont demandées essentiellement sur ce type de supports.
  • La pratique assez courante de l’anglais est une qualité importante. Les échanges avec l’étranger, les nouveaux clients, mais aussi les créateurs anglophones se multiplient. Le Styliste doit pouvoir y prendre part.
  • Un personnalité affirmée et une bonne capacité de conviction sont des traits de caractère qui aideront le styliste. Devant défendre ses choix artistiques face à des pressions financières, il doit garder un sens relationnel tout en réaffirmant ses positions.

Formation

Les diplômes sont nombreux pour exercer les compétences de Styliste. Pour débuter, il est recommandé de passer un BTS design de mode. Celui-ci permet directement de travailler en tant qu’assistant. C’est le premier niveau qui constitue une formation diplômante reconnue.

Dans le but d’approfondir ses qualités créatrices et d’acquérir un niveau supérieur, il est possible de passer un BAC+3 accès sur le styliste designer. Cette formation est complémentaire et permet surtout de pouvoir continuer ses études auprès d’établissements de renom.

La grande école Duperré propose un BAC+4 DSAA design, mention mode, qui est aussi accessible dans trois autres établissements en France. Cette formation est une préparation aux plus hautes sphères de la profession.

La distinction la plus prestigieuse reste le diplôme de l’ENSAD, École Nationale Supérieure des arts décoratifs. C’est un BAC+5 reconnu comme un niveau d’excellence par la profession. L’accès est sur concours et les formations proposées sont très spécifiques.

Les écoles privées dispensent également des diplômes et organisent des formations plus ou moins de bons niveaux. Certaines sont tout à fait remarquables et pour en avoir un aperçu plus précis, cet article de l’Express en détaille les nombreuses caractéristiques.

Salaire

La rémunération des stylistes est très variable. Elle dépend essentiellement de la notoriété du professionnel. Celle-ci, tout aussi fluctuante, peut entraîner une rémunération passant du simple au double, selon les périodes de sa carrière.

Après l’obtention de son BTS, l’assistant est souvent rémunéré au SMIC. Son salaire peut aller jusqu’à 1600 euros brut par mois. Pour un début de carrière, c’est un salaire tout à fait intéressant.

Une fois devenu styliste débutant, celui-ci gagne en moyenne générale un salaire entre 1800 et 2400 euros brut par mois. Ceci fluctue évidemment en fonction des employeurs, des compétences du styliste et de sa notoriété.

Un professionnel reconnu et confirmé, quant à lui, peut atteindre la rémunération de 4000 euros brut par mois. Les grands noms du milieu détiennent des droits très importants en lien avec leurs signatures ou la publicité qu’ils peuvent véhiculer. Cela ne concerne toutefois qu’une faible minorité de la profession.

Débouchés

Pour débuter, il est essentiel de se faire employer comme assistant-styliste auprès d’une entreprise de couture. Ce n’est qu’avec cette bonne expérience que l’assistant pourra prétendre à un statut de styliste professionnel et se trouver une place plus confortable.

La Haute Couture représente le milieu le plus recherché et le plus médiatisé. Les créateurs bénéficient d’une vitrine commerciale très importante et peuvent se faire un nom. Cependant, ce marché exigeant n’offre que très peu de places à des professionnels confirmés.

Le prêt-à-porter est un marché très concurrentiel où les postes de créateurs stylistes sont plus importants. La demande est forte et de nombreuses firmes emploient des créateurs afin qu’ils répondent très rapidement aux attentes de la clientèle. Le rapport qualité/prix reste une des première exigences attendues pour ce type de produits.

Dans le prêt-à-porter, le styliste peut poursuivre vers une spécialisation comme la mode féminine, masculine, chapeau ou la maroquinerie. Ceci lui permet de répondre à des offres plus spécifiques en rapport avec ses compétences et ses goûts.

Le travail en free-lance est aussi très important. Le styliste est alors à son compte, et doit gérer, à la fois, la création, mais aussi le marketing et la lourde comptabilité d’entreprise. C’est un travail très ambitieux mais qui peut être rentable si le professionnel est bien préparé et développe une ligne de production originale.

Formez-vous à distance. Recevez une documentation gratuite

Aucun commentaire

Laisser un commentaire