Accueil Métiers Comment devenir ambulancier : formation, salaire et débouchés

Comment devenir ambulancier : formation, salaire et débouchés

Le métier d’ambulancier consiste à intervenir en urgence auprès de blessés et à les transporter en vu d’un soin, dans un véhicule spécialisé.

ambulancier

Mission

Son intervention se fait souvent dans l’urgence. Pour ce faire, il doit conduire à grande vitesse tout en s’assurant du confort de la personne transportée. Ses destinations sont multiples et il peut tout aussi bien s’agir d’un hôpital que d’une maison de retraite, selon son passager.

L’ambulancier, afin d’assurer un cadre de confort connaît la pathologie du patient. Les praticiens lui ont indiqué les soins à porter au passager. Il doit être en mesure d’évaluer l’avancée de la santé de son ou ses patients transportés.

Il doit être formé aux premiers secours qu’il dispensera en cas de nécessité. De plus, il réalise une assistance du patient, dès qu’il monte dans son véhicule, en l’y aidant. Il doit le confier directement à la personne qui par la suite, le prendra en charge.

De façon très concrète, il se doit d’avoir un véhicule constamment en très bon état. Il en assure la révision et la mise à jour. Il peut être amené à réaliser des tâches administratives, comme les facturations, l’encaissement ou le choix d’un remplacement particulier. Ce côté technique est des plus important, car l’ambulance est l’outil de travail de l’ambulancier.

Qualités et Compétences

  • L’ambulancier est un très bon conducteur. Il sait maîtriser sa vitesse en condition de stress. Il connaît la législation en rapport avec la circulation et se doit d’allier sang-froid avec efficacité. Pour ce faire, il possède un véhicule sur lequel il peut compter et qu’il contrôle parfaitement.
  • Continuellement sur le terrain et en contact avec les patients, l’ambulancier doit pouvoir réagir avec calme et compréhension. Il est à l’écoute des souffrances physiques et psychiques des personnes transportées. Cette capacité est tout particulièrement demandée et attendue.
  • Les réactions qu’il aura au moment adéquat peuvent sauver ou non des vies. Cette responsabilité est très lourde et il doit pouvoir gérer des situations de grand stress avec une détermination et une réactivité toujours constantes.
  • Physiquement, l’ambulancier est mis à l’épreuve. Que ce soit pour des actions longues, en extérieur et sous différents types de climats, il possède une certaine résistance. Une visite médicale est d’ailleurs incontournable pour pouvoir assurer ces fonctions.
  • Le travail de l’ambulancier n’est pas fixe. Il doit s’habituer aux changements horaires, au travail de nuit, ou encore sur des journées parfois très longues. Cette capacité d’adaptation est nécessaire pour travailler avec la même énergie selon les moments.

Formation

Pour devenir ambulancier, il est possible de suivre une formation diplômant. Au bout d’un an et de cinq semaines de stage en entreprise, le Diplôme d’État d’Ambulancier est décerné aux candidats. Son niveau d’équivalence est celui du CAP.

Le candidat pour se présenter au diplôme doit avoir un certificat de conduite de véhicule d’ambulance, donné par la préfecture. Il doit, d’autre part, avoir trois certificats médicaux. Le premier pour la conduite d’ambulance, le deuxième pour contrôler ses aptitudes et le troisième assurant l’actualisation des vaccins.

L’épreuve écrite est divisée en une épreuve de Français et une épreuve d’arithmétique. Une fois passé ces épreuves d’admissibilité, l’admission est donnée après un oral. Pour avoir toutes les réglementations en vigueur pour l’accès au concours, l’arrêté du 26 janvier 2016 est consultable en ligne.

Pour se former à la préparation de ce diplôme, il est possible de se présenter à un des Instituts de Formation d’Ambulancier français, I.F.A. Il y en a un très grand nombre, souvent dépendant des CHR ou hôpitaux publiques. Une liste de contact la plus précise possible, bien que non-exhaustive est disponible ici.

Salaire

Les rémunérations des Ambulanciers dépendent directement de leur statut. Ils peuvent très bien être embauchés par le Samu ou l’hôpital, et dans ce cas, il font partie de la Fonction Publique Hospitalière.

Dans la fonction publique, l’avancement est calculé avec un indice et des échelons dans chaque grade. Cette progression, fixée par année, permet de calculer les augmentations de l’agent au fil de sa carrière. Cet avancement peut très bien être accéléré par un supérieur hiérarchique ou gelé en cas d’avertissement.

En tant que fonctionnaire, l’ambulancier touche 1300 euros net par mois en début de carrière et 1750 euros net par mois en fin de carrière. Cette évolution est valable pour des agents ayant travaillé toute leur carrière dans le même cadre.

Une grande majorité d’ambulancier travaillant à leur compte, ils sont rémunérés dans le secteur privé, au SMIC ou un peu plus. Les heures de travail ne sont pas payées en adéquation avec le temps effectif. On y retire les temps d’attente et de repos inhérents à l’exercice du travail.

Pour ce dernier cas, ils sont affiliés à la Convention Collective de la branche des ambulanciers, rattachée à l’activité générale des transports routiers.

Débouchés

Travaillant principalement dans le secteur privé, les ambulanciers doivent respecter des cadres et des normes en rapport avec les soins. Il peut être intéressant qu’il connaisse la prise en charge ou non de leur prestation par la sécurité sociale.

Pour travailler en profession libérale, l’ambulancier doit obtenir un agrément donné par la Préfecture. Il lui faut acheter un véhicule qui répond aux normes de la profession. Il peut travailler seul ou avec un auxiliaire. Souvent, quand ils ne sont pas en ville, les ambulanciers travaillent seuls, au sein d’une équipe.

L’évolution dans leur profession peut les entraîner à devenir régulateur de soins. Ils encadrent alors plusieurs équipes et organisent les actions sur le terrain ou en vu d’opération à plus grande échelle.

D’autre part, une évolution vers d’autres branches est aussi possible. Avec des formations courtes, les ambulanciers peuvent devenir brancardiers ou aide-soignants. Leur expérience est une qualité supplémentaire.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire