Accueil Formations Fiches Métiers Fiche métier: comment devenir prothésiste ongulaire?

Fiche métier: comment devenir prothésiste ongulaire?

Le métier de prothésiste ongulaire consiste à poser et décorer des ongles dits américains, ou faux ongles, à sa ou son client.

prothesiste ongulaire

Mission

La prothésiste ongulaire doit prendre de très nombreuses précautions envers ses clients. De ce fait, elle demande différentes précisions. Par exemple, les allergies à certains produits étant possibles, elle doit s’assurer que rien n’en déclenchera chez son client. D’autre part, elle a connaissance des traitements médicaux ou l’état de santé. Effectivement avec du diabète ou une grossesse, il vaut mieux éviter de se présenter pour cette prestation.

Elle sait utiliser plusieurs techniques pour réaliser les ongles et les poser. Elle fait des extensions d’ongles lorsque certains sont rongés ou trop courts. Elle peut alors poser une capsule, ou faux ongle. Dans un autre cas, elle procède à la pose d’un plastique qui permettra le modelage de l’ongle.

Pour effectuer le modelage, il existe deux techniques : la résine qui durcit à l’air libre et le gel qui durcit sous lampe UV. Ces deux types de modelage sont tous deux efficaces.

Elle peut aussi être amenée à réaliser une french manucure mais aussi le recollage entre l’ongle véritable et l’ongle allongé. Elle sait également décorer les ongles en jouant avec les couleurs, les formes et les textures différentes. Cette technique l’amène à utiliser des stickers ou des strass.

Qualités et Compétences

  • Une prothésiste ongulaire est adroite de ses mains. Elle sait réaliser des créations minutieuses grâce à ses talents de délicatesse et de finesse. Son habileté manuelle fait d’elle une professionnelle précise et attentive.
  • La minutie de son travail exige d’avoir une bonne vue de près et de pouvoir travailler sur des supports très réduits et minces. Elle connaît les règles d’hygiène propre à l’exercice de sa profession. Comme tout travail sur le corps, la propreté est incontournable.
  • L’ongle est vivant et donc, il faut en connaître son évolution. Le fait de le limer rend son travail assez poussiéreux. Il faut prévoir cet inconvénient, tout comme la position voûtée et courbée, les coudes en appuis constants sur la table.
  • L’apparence est très importante dans ce métier pour avoir une bonne présentation. Cela indiquera aux clients que la professionnelle sait respecter la propreté et possède du goût. Pour ce genre de profession, l’esthétique de la personne est attendue et doit convaincre aux premiers regards.
  • La prothésiste doit posséder des qualités artistiques particulières. Sa créativité est mise à l’épreuve. Elle doit savoir être originale, mais aussi à l’écoute de ses clients et répondre avec pertinence à ses attentes.

Formation

La formation pour devenir Prothésiste Ongulaire a évolué récemment. En effet, en 2013, la loi en vigueur pour l’exercice de cette profession a été remaniée et précisée. Il est possible d’en avoir le détail complet à cette adresse. Le législateur a, de ce fait, mieux encadré le métier de prothésiste ongulaire.

Dès-lors, il est nécessaire d’avoir un CAP Esthétique cosmétique. Celui-ci se prépare dans de nombreux établissements et permet d’obtenir des compétences multiples dans le domaine plus large de l’esthétique. Le CNED dispense des formations et des préparations à ce diplôme national.

Il est important de bien se renseigner sur sa propre situation car de nombreuses chambres des métiers refusent l’immatriculation à des professionnels sans diplôme. Pour contacter celle la plus proche de chez soi, le portail des métiers de l’artisanat est disponible.

Malgré tout, la reconnaissance de travail est aussi acceptable. En effet, avec 3 ans minimum d’ancienneté dans le métier, il est possible d’exercer. Ceci ne ferme donc pas complètement l’accès à des personnes sans diplôme. Ce dont il faut être certain, par contre, c’est qu’un simple CQP, un Certificat de Qualification Professionnelle, ne suffit plus pour être reconnu comme professionnel compétent.

Salaire

Il n’y a pas vraiment de salaire cadre pour les prothésistes ongulaires. Cela peut varier de façon très importante. Il est possible de voir des rémunérations passées du simple au double. C’est aussi dans un but de recadrage que la loi demande un CAP.

De ce fait, en début de carrière, une prothésiste gagnera le SMIC, en rapport avec son diplôme. Cela la situe donc autour des 1470 euros brut par mois. Ce SMIC est généralement le plus classique lors des premières années de travail. Selon son statut, ce salaire pourra évoluer, surtout si la professionnelle est à son compte.

De ce SMIC de base, il est possible d’augmenter à 1700 euros par mois, en fonction de beaucoup de critères. Il peut s’agir de l’ancienneté, de la compétence de la professionnelle, ou de la structure dans laquelle elle travaille. Cette branche permet une évolution sensible.

D’autre part, il existe des intéressements et des primes qui s’ajoutent au salaire de base. Cela dès le début de carrière. C’est un apport supplémentaire qu’il ne faut pas négliger et qui peut constituer, quelques fois, une large part du salaire final.

Débouchés

Les débouchés pour ce métier sont assez nombreux. C’est une branche de travail qui emploie de façon intéressante. Pour cela, il ne faut pas hésiter à diversifier ses candidatures et ne pas se cantonner à un seul type de structure.

Les prothésistes ongulaires peuvent être embauchés, comme salariés, dans différents établissements. Il peut s’agir bien évidemment d’instituts de beauté, de centres de soin ou de salons de coiffure. Dans ce cas-là, le salarié sera embauché comme assistant ou bien pourra aider sur d’autres tâches que les siennes propres.

Les centres commerciaux embauchent également des prothésistes ongulaires et proposent de nombreux postes dans ce cadre-là. Il ne faut pas négliger non plus pôle emploi qui publie des offres importantes sur ce marché.

De nombreuses professionnelles s’installent à leur compte. C’est la meilleure façon de travailler en choisissant son lieu de travail, chez soi ou en salon. Il faut alors impérativement créer sa clientèle, en faisant fonctionner le bouche à oreille ou en réalisant soi-même sa publicité, ce qui entraîne un travail supplémentaire. Il faut aussi connaître les réglementations des professions libérales et faire la comptabilité. Toutefois, cette dernière possibilité rencontre un grand succès auprès des professionnels.

Formez-vous à distance. Recevez une documentation gratuite

Aucun commentaire

Laisser un commentaire