Accueil Formations Fiches Métiers Fiche métier: comment devenir puéricultrice?

Fiche métier: comment devenir puéricultrice?

Le métier de puéricultrice consiste à apporter des soins médicaux aux bébés et jeunes enfants, tout en conseillant les parents sur la prévention et l’éducation.

puéricultrice

Mission

Dans les services d’un hôpital ou au sein d’une clinique, la puéricultrice prodigue des soins auprès d’enfants malades. Elle réalise des prises de sang, des préparations aux opérations, le suivi postopératoire, par exemple. Cet accompagnement de soins est le rôle central de la professionnelle.

Elle assure un lien de premier ordre avec les parents, sait les accompagner, se place en tant que référente auprès d’eux et de leurs enfants. Elle doit savoir traduire simplement les gestes médicaux et assurer une certaine vulgarisation, tout en se tenant disponible pour accueillir les parents.

Elle sait réagir en cas d’urgence. Ses connaissances médicales lui donnent la possibilité de prodiguer du soin lorsque cela est nécessaire et répondre ainsi seule en cas d’urgence. Elle reste, tout de même, sous l’autorité du médecin pour quoi que ce soit.

Son rôle diffère dans d’autres structures. A la PMI, elle réalise un rôle de prévention, d’accueil des parents et de conseil plus que de soins à proprement parlé. Elle pourra se rendre à domicile si besoin.

Dans une crèche, elle assure plus le rôle de coordinatrice d’équipes, en suivant tout de même les enfants présents. Elle crée le projet pédagogique global et travaille pleinement en équipe.

Qualités et Compétences

  • Il est très important d’aimer les enfants, et surtout les plus petits. Cette passion s’accompagne d’une envie de soins et de guérisons. Elle doit être au cœur du métier et des envies du professionnel. C’est une vocation qui est au fondement de l’engagement dans ce travail.
  • La puéricultrice doit aussi avoir une bonne résistance physique et une stabilité émotionnelle. L’exercice de sa profession, réalisée dans des situations de stress et d’urgence, l’oblige à garder son sang-froid et à agir en conséquence.
  • Une vigilance constante est de mise pour accompagner les enfants malades et suivre l’évolution de leurs soins. Cette réactivité s’accompagne d’une grande capacité de concentration pour mobiliser ses connaissances au moment propice.
  • Elle sait communiquer et informer facilement autrui. Elle sera amenée à former des professionnels ou à réaliser des campagnes de prévention. Elle doit donc posséder un bon sens de la conviction et une certaine aisance orale.
  • La tolérance, la douceur, la compréhension sont autant de qualités à mobiliser face aux parents pour les accompagner au mieux et répondre à leurs doutes comme à leurs attentes. Cette facilité à créer du lien est un point important de son travail.

Formation

Avant toute chose, il faut bien savoir que la puériculture est une spécialisation et non un métier à part. Cette compétence s’acquiert en plus des compétences classiques du métier d’infirmière ou de sage-femme. Il faut donc préparer et valider un diplôme d’état d’Infirmière ou de Sage-femme avant de prétendre à la formation de puéricultrice. Pour ce faire, le site Infirmier.com donne toutes les informations pour se présenter au concours.

Une fois ce premier diplôme obtenu, les candidats peuvent postuler pour l’entrée en formation d’un an. De ce fait, ces aspirantes puéricultrices détiendront à la fin de leurs études, un BAC+4. Le niveau d’infirmière est quant à lui à BAC+3 et celui de sage-femme à BAC+5. Il faut donc partir avec la volonté de réaliser des études relativement longues avant de pourvoir exercer ce métier.

Ce diplôme peut être préparé dans différentes écoles en France dont l’entrée est sanctionnée également par un concours. Sur cette carte, tous les lieux dispensant cette formation sont répertoriés. Il suffit de cliquer sur l’onglet correspondant pour obtenir les contacts, adresses, spécialités et sites internet de l’école désirée.

Salaire

Comme pour tous les autres professionnels de la Fonction Publique d’État, la rémunération des puéricultrices est dépendante de l’avancement sur les échelons de salaire. A chaque échelon correspond un indice. A mesure de l’ancienneté, l’agent monte ces échelons et les grades correspondants, impliquant une augmentation de salaire.

De ce fait, l’infirmière puéricultrice débutante gagne, en début de carrière, autour de 1800 euros brut par mois. Si l’avancement se déroule sans aucun retard, causé parfois par des blâmes ou des avertissements, l’agent en fin de carrière, atteignant le grade trois sera rémunéré à hauteur de 2840 euros brut par mois.

Les salaires peuvent changer dans le privé si la puéricultrice est embauchée dans une clinique, par exemple. La rémunération ne s’éloigne toutefois pas beaucoup de celle donnée dans le secteur public. Toutefois, il peut y avoir des primes supplémentaires selon les services ou les spécialités du professionnel.

Dans le secteur de la PMI, la puéricultrice fera partie de la fonction publique territoriale. Comme pour celle d’état, un concours de recrutement est nécessaire et l’échelle de rémunération dépend essentiellement de la collectivité territoriale ou de la commune qui embauche. Selon les endroits, elle peut être très différente.

Débouchés

Les débouchés sont assez divers pour le métier de puéricultrice. Il peut s’agir en premier lieu des services de l’hôpital public. Pour intégrer la fonction publique, il faudra présenter un concours d’entrée. Après cela, l’agent sera fonctionnaire et devra respecter la législation en vigueur pour ce statut.

Elle peut être en poste dans des hôpitaux de jour ou alors en soins intensifs, ou encore dans les interventions urgentes. A chaque secteur, des qualifications différentes seront attendues et donc, le choix de la puéricultrice doit reposer sur ses goûts propres.

Recrutée par la Protection Maternelle Infantile, PMI, la puéricultrice assurera un rôle de conseil. Cet engagement se réalise au sein de la Fonction publique territoriale, par inscription, après concours, sur une liste d’aptitude nationale.

Le secteur privé emploie de la même manière les puéricultrices, au sein de cliniques ou de services de la maternité. Elle peut être amenée à devenir cadre dans le cas d’un avancement ou d’une promotion.

Dans un service communal, elle peut avoir un rôle de directrice de crèche ou d’une halte-garderie. Avec un avancement, elle pourra même en coordonner l’organisation globale. Elle est en capacité d’assurer les actions municipales en faveur de la petite enfance.

Formez-vous à distance. Recevez une documentation gratuite

Aucun commentaire

Laisser un commentaire