Accueil Métiers Comment devenir tatoueur : formation, salaire et débouchés

Comment devenir tatoueur : formation, salaire et débouchés

Le métier de tatoueur consiste à graver sur la peau à l’aide d’une aiguille un dessin ou des formes diverses laissées à l’appréciation du client.

devenir tatoueur

Mission

Le tatoueur utilise un outil particulier, le démographe qui incise et perfore la peau à l’aide d’une aiguille. Une fois cela réalisé, de l’encre noire ou de couleur permet de pigmenter l’épiderme. Ceci a pour but de réaliser, après une séance complète, un tatouage intégral.

Pour devenir tatoueur, il faut réussir à allier les attentes des clients avec la faisabilité du dessin escompté. Ce lien primordial permet de voir la technique du professionnel. Il doit savoir imposer sa griffe tout en ne travestissant pas l’idée du client.

Afin de bien réussir son travail, le tatoueur doit étudier la partie du corps qu’il va utiliser. Selon les courbes, la pilosité, les grains de peau, ou encore la fragilité de l’épiderme dans des endroits sensibles, il sera amené à s’adapter pour arriver au dessin attendu.

Le tatoueur doit pouvoir également prévenir les nouveaux clients des conséquences d’un tatouage sur le physique et le psychique. En effet, enlever un tatouage est possible mais long et très coûteux. Le client agit ainsi en connaissance de cause.

Qualités et Compétences

  • Pour devenir tatoueur, il faut posséder un bon talent artistique et de dessinateur. Avant tout chose, ces compétences en dessin doivent être bien maîtriser sur papier. Un créateur utilise un pochoir et la précision du trait et du dessin feront du tatouage final une réussite ou non.
  • La connaissance des règles d’hygiène en vigueur est incontournable. L’aiguille utilisée perce la peau et entre en contact direct avec le sang. Cela l’oblige à une stérilisation systématique de ses outils pour garantir un environnement sain autour du client.
  • La réglementation qui encadre le tatouage est assez stricte. Interdit aux mineurs sans accord parental, le tatoueur doit contrôler les papiers de ses clients trop jeunes. Il est également fortement déconseillé aux femmes enceintes de se faire tatoueur pendant la durée de leur grossesse.
  • La passion du tatoueur doit être communicative. Il pénètre l’esprit du tatoo, fréquente d’autres professionnels, arbore également des tatouages sur son corps et peut ainsi mieux conseiller ses clients. L’univers entourant le travail du tatoueur garantie sa renommée et lui permet de se démarquer.
  • Souvent les tatoueurs détiennent plusieurs compétences et font des piercings. C’est-à-dire qu’il perce des parties du corps pour y introduire des boucles, des bijoux ou anneaux.

Formation

Le syndicat national des artistes tatoueurs défend la profession afin que celle-ci puisse être mieux reconnue. Il travaille à ce que les tatoueurs soient vus comme des artistes créateurs à part entière. En effet, peu de formations et de diplômes sont proposés aux aspirants tatoueurs et c’est souvent par l’expérience professionnelle qu’ils réussissent à se faire un nom.

La formation tatoueur est essentiellement dispensée par un autre professionnel. Le stagiaire débutant apprend au cours de 6 mois de formation. Certaines structures ne permettent qu’une simple utilisation des outils pour se perfectionner. A cela, s’ajoute un possible recrutement et engagement à la fin du stage.

D’autre part, il est capital de détenir une formation aux conditions d’hygiène. Celle-ci est dispensée par des établissements professionnel, comme l’Ecole Française de Tatouage qui accompagne ces cours d’exercices de dextérité ou d’accompagnement du client.

Cette formation de base, incontournable, est répartie sur 21 heures, en trois jours consécutifs. Elle se suffit à elle-même pour entrer dans le métier et commencer à exercer.

Salaire

Comme pour beaucoup de professions indépendantes et libérales, les tatoueurs ne bénéficient pas d’une rémunération fixe. Les débutants sont obligés de faire leur preuve et sont employés au SMIC chez un professionnel avant de pouvoir prétendre à leur propre installation.

La renommée du tatoueur accompagne l’augmentation de son salaire. Celle-ci fonctionne comme pour les autres artistes. Lorsqu’un tatoueur acquiert une reconnaissance suffisante dans le métier, il peut attirer, seulement par son nom, les clients potentiels.

Pour ce faire, il est très important de communiquer autour de soi, de créer son réseau à la fois physique, mais aussi virtuel. De nombreux tatoueurs sont suivis sur Instagram et cela renforce leur renommée. Ils peuvent exposés leurs créations, ce qui est la meilleure des publicités.

Le salaire le plus courant du tatoueur est situé entre 1000 et 2000 euros. Il faut s’attendre à enchaîner les temps partiels car cette profession est très concurrentielle. Bien que la pratique du tatouage se démocratise, le milieu et la clientèle demeurent réduits.

Débouchés

Le marché du travail est très fermé aux nouveaux aspirants tatoueurs. Cependant, grâce aux techniques modernes de communication, créer le buzz est possible. La communication reste la ligne principale à adopter pour se démarquer du lot.

La profession est essentiellement à son compte. Pour ouvrir un salon de tatouage, et donc créer son entreprise, il faut aussi se former à la gestion d’entreprise, la comptabilité et le droit salarial, en cas d’embauche. Ces autres compétences sont cruciales pour la bonne marche du salon.

Les employés travaillent souvent en temps partiels et peuvent multiplier les engagements auprès de différents professionnels. Cela permet de vivre de leur profession sans avoir à assumer la lourdeur de la gestion d’une entreprise.

Il est aussi possible de se créer un réseau personnel de clients, grâce à une idée originale qui attirera un certain public. C’est le cas de ce tatoueur ayant développé un concept innovant.

Enfin, en pratiquant aussi les piercings, les tatoueurs augmentent leur cercle de clientèle et peuvent offrir des prestations plus diversifiées. Parfois, certains professionnels s’associe avec un autre commerçant pour pouvoir installer son salon en divisant les charges d’entretien de la salle.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire