AccueilMétiersDevenir Aiguilleur du ciel : missions, salaire et formation
Métiers

Devenir Aiguilleur du ciel : missions, salaire et formation

Avion volant dans le ciel


Le métier d‘aiguilleur du ciel vous attire ? Vous êtes passionné par les avions et les métiers de l’air ? Vous maîtrisez au moins une langue étrangère et vous ne craignez pas un métier à responsabilités ? Découvrez les compétences, les missions, le salaire et les débouchés de cette profession.

Envie de changer de vie professionnelle ?

  • 100% financé par le CPF
  • Salariés en poste ou demandeurs d’emploi
  • À distance ou en face-à-face

TOP formations en ligne :

Missions

L’aiguilleur du ciel qui est aussi appelé contrôleur aérien est un professionnel qui a pour mission de guider les avions lors des vols.

Il assure leur sécurité en contrôlant la fluidité du trafic aérien.

Le contrôleur aérien peut travailler dans l’aviation civile dans des aéroports publics, mais également pour l’Armée, de Terre, de l’Air ou la Marine.

Dans l’aviation civile, l’aiguilleur du ciel travaille depuis la tour de contrôle. De sa place, il gère et surveille les décollages et atterrissages, mais également lorsque les avions s’approchent de l’aéroport.

Depuis la tour de contrôle, l’aiguilleur du ciel communique avec le pilote à l’aide d’une radio pour lui donner des directives relatives à ses manœuvres d’atterrissage et décollage notamment.

Il fournit des informations comme l’altitude que le pilote doit prendre et accorde les autorisations pour atterrir ou décoller.

Le contrôleur aérien connaît les conditions météo, la condition du trafic, les plans de vol ainsi que les trajectoires de chaque avion. À partir de ces informations, il est capable de diriger les pilotes.

Après le décollage d’un avion, le contrôle aérien transmet les informations et passe le relais aux contrôleurs des centres en route qui sont responsables des avions pendant leurs vols.

Les aiguilleurs du ciel de l’aviation civile sont tous fonctionnaires et travaillent soit dans des aéroports, soit dans des centres de contrôle.

Au sein de l’Armée, les contrôleurs aériens exercent depuis des tours de contrôle sur base militaire. Selon leur affectation, ils réalisent leurs opérations dans des conditions différentes, mais leur mission est semblable à celle de l’aiguilleur du ciel de l’aviation civile. Ils ont néanmoins le statut de sous-officiers.

Ses missions sont principalement :

Gestion des décollages et atterrissages

Le contrôleur aérien travaille toujours en binôme, c’est une obligation. Bien qu’ils se divisent les tâches, chacun d’entre eux est capable de toutes les réaliser.

L’une de leurs principales missions est d’accompagner les pilotes lors des opérations de décollage et d’atterrissage et même lorsqu’ils sont en vols aux alentours de l’aéroport.

Ils leur donnent les indications nécessaires à ces opérations pour qu’ils puissent les effectuer en toute sécurité.

Analyse des conditions de vol

Pour pouvoir conseiller et diriger au mieux les pilotes, les aiguilleurs du ciel doivent connaître et analyser les conditions en temps réel.

C’est pour cela qu’ils gardent systématiquement un œil sur les conditions météorologiques, mais également sur le trafic en utilisant les appareils de contrôle comme les radars.

Communication avec les équipes

Tout au long de sa mission, l’opérateur aérien communique avec les autres équipes depuis la tour de contrôle. Il échange évidemment avec les pilotes des différents vols, mais également avec les contrôleurs aériens des centres de contrôle ou d’autres aéroports.

Qualités et compétences

L’aiguilleur du ciel est donc un spécialiste des airs et des opérations de vol. Ce qui fait appel à des compétences et qualités humaines essentielles.

En voici quelques-unes :

  • Excellente vision : Tout comme les pilotes, le contrôleur aérien a une excellente vision. En effet, son travail consiste à observer les radars et surveiller le trafic, un défaut de vision pourrait alors être contraignant et néfaste à sa mission.
  • Bonne gestion du stress : S’agissant d’un poste à responsabilités, il est absolument requis que l’aiguilleur du ciel fasse preuve d’une résistance face aux situations de stress, quelles que soient les conditions.
  • Réactivité : Le contrôleur aérien est polyvalent et passe d’une tâche à l’autre sans difficultés. Par ailleurs, si la situation l’exige, il doit être en mesure de réagir rapidement et efficacement.
  • Esprit d’équipe : Enfin, comme nous l’avons vu, l’opérateur aérien travaille en binôme et collabore également avec d’autres aiguilleurs du ciel dans d’autres aéroports. Son esprit d’équipe lui permet de gérer les opérations en équipe.

Un diplôme est-il obligatoire ?

Il est obligatoire de disposer d’un diplôme spécifique pour devenir aiguilleur du ciel.

Formation

Vous êtes une école ? Référencez vos formations

Si vous souhaitez devenir opérateur aérien, il existe une unique formation pour y accéder. Cette formation est accessible sur concours après une classe prépa ou un diplôme de niveau Bac + 2 à caractère scientifique ou technologique.

Niveau Bac + 2 :

Concours d’admission

Pour être admissible au concours, il faut avoir moins de 26 ans et comme nous l’avons cité précédemment justifier d’une deuxième année en classes préparatoires scientifiques ou un diplôme équivalent.

L’admission est également assujettie à un certificat d’aptitude physique. Le seul concours agrée est le CCINP qui se présente sous la forme d’épreuves orales et écrites.

Les épreuves sont des épreuves en français, en langues vivantes et en matières scientifiques. Le candidat admis peut s’inscrire en formation à l’ENAC mais le concours est très sélectif et uniquement une cinquantaine de places sont accordées par an.

Niveau BAC + 5 :

Diplôme d’ingénieur du contrôle de la navigation aérienne de l’ENAC

À l’issue du concours, les candidats intègrent la formation qui dure trois ans et qui est gratuite.

Les étudiants sont par ailleurs rémunérés durant leurs trois années d’étude. Les enseignements donnés sont à la fois théoriques et pratiques dont un stage pratique de 18 mois.

En fin de formation, l’apprenti devient diplômé d’un Master en management et contrôle du trafic aérien.

Envie de changer de vie professionnelle ?

  • 100% financé par le CPF
  • Salariés en poste ou demandeurs d’emploi
  • À distance ou en face-à-face

TOP formations en ligne :

Salaire

Fiche de salaire
Fiche de salaire

Le salaire d’un opérateur aérien dans l’aviation civile débutant est d’environ 5000 € brut par mois.

Débouchés

Après une expérience professionnelle dans le métier, l’aiguilleur du ciel peut évoluer vers des fonctions de management et de direction dans l’aviation civile.

Trouver un emploi

Trouver un emploi
Trouver un emploi

Généralement, pour devenir opérateur aérien, les candidats ne rencontrent pas de difficultés à la fin de leur formation. Ils sont directement intégrés par la DGAC Direction Générale de l’Aviation Civile.

Autrement, des offres d’emploi sont parfois disponibles sur des sites comme aerocontact.fr.

Secteurs