AccueilMétiersDevenir cadreur : missions, salaire et formations disponibles

Devenir cadreur : missions, salaire et formations disponibles

Cadreur en train de filmer

Le métier de cadreur vous intéresse ? Vous êtes une personne manuelle qui apprécie aussi bien l’artistique que la technique ? Vous êtes rigoureux ? Vous aimez changer sans arrêt de milieux, de paysages, de groupes ? Vous possédez une bonne résistance physique ? Vous aimez travailler en équipe sur des projets communs ? Vous êtes dynamique et réactif ? Vous savez faire face aux situations d’urgence ? Lisez notre fiche métier sans plus attendre : vous en apprendrez plus sur les qualités, le salaire, les missions et les débouchés de la profession de cadreur.

Réalisez votre bilan de compétence

  • Préparer votre reconversion
  • Salariés en poste ou demandeurs d’emploi
  • Financement à 100% avec le CPF

Missions

Le cadreur est un professionnel de l’image. Aussi appelé “caméraman”, il va travailler aussi bien sur des plateaux TV qu’au cinéma, pour des documentaires ou encore sur des projets de production comme des films institutionnels. Il va exercer par tous les temps et dans toutes les situations, dehors comme dedans. Il va être sous la houlette d’un réalisateur, d’un chef opérateur ou d’un producteur. Ceux-là vont définir en amont tout ce qui devra être filmé. Le cadreur va assister aux préparations durant lesquelles il recevra le scénario, les plans choisis, les lieux de tournage repérés et le matériel.

Durant le tournage, il interviendra sur le réglage de l’éclairage et du son avant de pouvoir « mettre en boîte ». Il devra être force de proposition sur le tournage tout en tenant compte des contraintes imposées par le réalisateur… Ils vont réfléchir aux cadres et aux mouvements de caméra puis le cadreur devra filmer de manière que la vision de ses responsables soit respectée. Il est possible aussi qu’il parte seul avec un ingénieur du son et décide lui-même des images à réaliser. Autant technicien qu’artiste, il va devoir tout anticiper : les mouvements des comédiens ou des personnes qu’il va filmer, le temps, les gestes, la lumière, le champ visuel, etc. Veillant à la stabilité de l’image comme à sa netteté, il va aussi faire attention à l’harmonie du cadre. Principalement intermittent du spectacle, il pourra aussi travailler à son compte et être sous le régime des indépendants.

Le cadreur est employé par des sociétés de production et ses contrats sont renouvelés à chaque mission. Il peut aussi, mais plus rarement, être embauché en CDI. Les chaînes de TV vont lui proposer aussi des émissions comme le journal télévisé et des spectacles. Très souvent en déplacement, il voyage beaucoup en France et à l’étranger. Il peut être amené à travailler de jour comme de nuit, le week-end et les jours fériés. Voici ses missions : 

  • Préparation du tournage : Le cadreur va envisager avec le réalisateur et l’équipe technique les plans à tourner. La lecture du scénario ou bien l’explication du documentaire, du reportage, de l’émission lui sera soumise. Il va travailler en lien avec le chef opérateur, si le tournage en requiert un, ou réfléchir seul aux besoins en lumière. Il va aussi discuter avec l’ingénieur du son pour qu’ils puissent s’accorder. Il va prendre connaissance des lieux de tournage, du planning et va chercher son matériel. 
  • Tournage : Sur le tournage, le cadreur va être derrière la caméra et sera en charge de prendre les images. Il devra vérifier la netteté du cadre ainsi que son agencement. Il pourra effectuer les mouvements de caméra s’il n’y a pas de steadycameur. 
  • Montage : Il arrive que, sur certains tournages, le réalisateur et/ou le monteur demandent au cadreur d’assister au montage afin qu’il y ait raccordement des cadres. De plus en plus souvent, dans des sociétés de production et pour des demandes spécifiques comme les films institutionnels, on demande au cadreur de savoir monter ses images. 

Qualités et compétences

Le cadreur possède aussi bien des compétences techniques que des qualités artistiques et humaines . En voici quelques-unes : 

  • Il est rigoureux : Un plan de tournage est très rigoureux. Aucune possibilité d’à peu près. C’est un métier qui demande une rigueur sans faille.  
  • Il aime le travail d’équipe : Un cadreur n’est quasiment jamais seul lorsqu’il travaille. Il doit donc apprécier la compagnie et le travail en équipe. 
  • Il a une bonne condition physique : Caméra lourde, conditions de travail assez rudes, horaires décalés : voici autant de raisons qui demandent au cadreur de posséder d’excellentes conditions physiques. 
  • Il est créatif : Même si le réalisateur a une vision, le cadreur peut aussi faire des propositions. Dans le cas où il est en mission et travaille en binôme avec un ingénieur du son, il lui faut de grandes qualités créatives. 
  • Il est dynamique : C’est un métier qui demande beaucoup d’engagement physique et personnel. Il ne peut pas manquer d’entrain. 
  • Il est organisé : Le cadreur est un professionnel qui respecte scrupuleusement ce qu’on lui demande de faire. Cela suppose une grande préparation en amont, ainsi que de la patience et une bonne organisation. 
  • Il sait gérer les situations d’urgence : Un plan qui n’a pas été tourné, des problèmes sur le tournage, la technique qui dérape : c’est un métier qui peut mettre à rude épreuve les nerfs de ce professionnel qui se doit de savoir toujours garder son sang-froid. 

Un diplôme est-il obligatoire ? 

Pour devenir cadreur, un diplôme est obligatoire. Les techniques ne s’apprennent pas sur le terrain même si le cadreur n’arrêtera jamais de se former au cours de ses années de métier.

Formations pour devenir cadreur

Voici des formations possibles pour devenir cadreur à partir d’un Bac + 2  : 

Formation initiale :

Niveau bac + 2 :

BTS métiers de l’audiovisuel option métiers de l’image

Accessible en deux ans, ce BTS permet aux futurs techniciens audiovisuels d’être en mesure d’exercer dans des sociétés de production audiovisuelle, chez des prestataires de services (postproduction, communication, organisation événementielle) ou auprès d’entreprises de diffusion (chaînes de télévision nationales, régionales, thématiques…).

Niveau bac + 3 :

Licence professionnelle technique du son et de l’image 

Ce diplôme, de niveau bac + 3, se prépare en lycée, IUT ou dans les universités. Il assure au titulaire de maîtriser les techniques (tournage, cadrage, prise de son, montage, intégration multimédia, …) ainsi que le contexte théorique et culturel (psycho-acoustique, analyse filmique, principe de numérisation, management de projet, droit de l’audiovisuel, …).

Niveau bac + 5 :

Voies royales, voici les deux écoles recommandées :

L’ENSLL – Louis Lumière :

Diplôme de l’école nationale supérieure Louis Lumière, section cinéma. 

LA FEMIS : 

Diplôme de l’école nationale supérieure des métiers de l’image et du son. 

Formation continue :

Il vous est possible de vous reconvertir dans le métier de cadreur en optant pour la formation continue. Vous pouvez passer le titre RNCP Réalisateur-Concepteur audiovisuel, de niveau 6, équivalent à un bac + 3 ou un BTS métiers de l’audiovisuel, option : métiers de l’image.

Perspectives d’emploi 

Le cadreur peut avoir un bel avenir devant lui : ses années d’expériences pourront l’amener à devenir responsable de l’équipe image ou encore directeur de la photographie. 

Salaire d’un cadreur

Le salaire d’un cadreur dépend de son statut, s’il est intermittent ou encore salarié ou à son compte. L’intermittent du spectacle devra toujours chercher des contrats et pourra vivre de grandes périodes d’inactivité sans trouver d’emploi. Pour le salarié, cela dépendra de la société de production qui l’emploie. L’indépendant, lui, dépendra des contrats qu’il pourra décrocher. En moyenne, le salaire d’un cadreur débutant est de 1 200 € brut par mois, mais peut atteindre 2 800 €.

Comment trouver un emploi ?

Le bouche-à-oreille fonctionne très bien pour trouver un emploi de cadreur. Cependant, il est possible de trouver du travail en passant par le Pôle emploi spectacle ou des sites spécialisés comme Jobculture ou Profilculture.

Réalisez votre bilan de compétence

  • Préparer votre reconversion
  • Salariés en poste ou demandeurs d’emploi
  • Financement à 100% avec le CPF