AccueilMétiersDevenir chapelier : missions, salaire et formations disponibles

Devenir chapelier : missions, salaire et formations disponibles

Présentation de différents chapeaux

Vous rêvez de devenir chapelier ? Vous adorez la mode ? Vous êtes créatif ? Vous avez la passion des couvre-chefs ? La rigueur fait partie de vos qualités ? Curieux et disponible, vous savez répondre aux urgences ? Vous avez un grand sens du contact ? Plus la peine d’hésiter, lisez notre fiche métier afin de vous informer sur les missions, les compétences, le salaire et les formations nécessaires au métier de chapelier. 

Réalisez votre bilan de compétence

  • Préparer votre reconversion
  • Salariés en poste ou demandeurs d’emploi
  • Financement à 100% avec le CPF

Missions

À ne pas confondre avec le modiste, le chapelier est aussi un artisan de la mode qui travaille dans une chapellerie. Il y vend des chapeaux et d’autres accessoires de tête. Nous avons pu observer un regain de sympathie et d’intérêt pour cette profession depuis les années 2000 alors qu’elle s’était peu à peu perdue depuis les années 50. Il exerce principalement à son compte pour une clientèle majoritairement masculine et plutôt aisée comme les gens de la mode, de l’événementiel ou du cinéma. 

Voici ses missions : 

  • Prise des commandes : Le client arrive chez le chapelier avec une idée en tête, pas forcément précise. Le chapelier va donc l’aider à réfléchir et définir quel style il souhaite en prenant compte la morphologie de son client, sa personnalité, son style et sa chevelure. 
  • Prise des mesures : Il va prendre les mesures du tour de tête de son client afin que son chapeau lui soit parfaitement adapté. 
  • Recherches pour sa création : Il va poser ses idées en dessin et effectuer des recherches pour répondre au mieux à la demande de son client. Il va alors choisir les matières, les accessoires (plumes, rubans) et les teintures puis il va créer les patrons et réaliser le modèle.  
  • Mise en forme : Le chapelier va ensuite mouler le moule sur des supports en métal ou en bois pour lui donner la forme sur laquelle il va ensuite placer le futur chapeau et ses accessoires. 
  • Vente : Le chapelier ayant fini le chapeau, il lui restera à le vendre à son client. À noter que, souvent à son compte, le chapelier a aussi des missions de comptabilité, de réassort, etc. 

Qualités et compétences

Le chapelier est un professionnel artisan aussi technique que créatif. Il cumule de très nombreuses compétences et qualités. En voici quelques-unes :

  • Il est rigoureux : La minutie est une grande part du travail du chapelier qui doit faire attention à tous les détails. Il doit aussi respecter les délais de livraison. 
  • Il réagit bien à la pression : Il arrive que des changements de dernière minute surviennent. Le chapelier doit pouvoir s’adapter en toutes circonstances aux modifications non prévues. 
  • Il est à l’écoute : Il doit savoir écouter les demandes de son client sans le brusquer ni le braquer afin de créer le modèle parfait en prenant compte de ses goûts et de son budget. Il doit posséder un grand sens du contact.  
  • Il est créatif : Artisan, le chapelier doit être imaginatif, connaître toute l’histoire de la chapellerie, être un féru de mode et toujours vouloir se tenir au courant des tendances. 
  • Il est disponible : Être chapelier n’est pas un métier de tout repos : une commande peut arriver n’importe quand avec des délais parfois très courts. C’est pourquoi il doit savoir se rendre disponible le plus souvent. 
  • Il est exigeant : Le chapelier ne traite pas avec là-peu-près. Il est toujours sur le qui vive et est très exigeant avec lui-même et ses techniques. 
  • Il est sensible : Empathique, il va comprendre avec les mots parfois peu techniques des clients ce qu’ils désirent. Un chapeau est censé pouvoir durer toute une vie et c’est dans le choix des matériaux et des accessoires qu’il pourra mettre toute sa sensibilité et sa technique au service d’un produit qui ne s’abime pas.
  • Il est habile : La confection de chapeau est un artisanat manuel qui demande de la précision et de la patience.

Un diplôme est-il obligatoire ? 

Si vous souhaitez devenir chapelier, il est obligatoire d’avoir suivi une formation et d’être diplômé. Dès le CAP, il est possible de devenir chapelier. 

Formations pour devenir chapelier

Niveau CAP :

CAP métiers de la mode – chapelier-modiste

Ce CAP est accessible en deux années durant lesquelles le titulaire va apprendre toutes les étapes de la confection d’un chapeau, de sa conception à sa vente, grâce aux enseignements de procédés de réalisation : préparation des matériaux constitutifs du chapeau – qu’ils soient tissés ou non, en paille, en feutre ou synthétique – réalisation de patronnages à partir du relevé de mesure, coupe des matériaux, matelassage, assemblage par couture, mise en volume par moulage des matières sur supports en métal chauffé ou en bois, opérations d’apprêtage, de finition (ganses, surpiqûres, etc.) et de garniture (rubans, fleurs, plumes).

Niveau bac :

Bac pro métiers de la mode – vêtement

Le titulaire de ce bac pro accessible en trois ans pourra intervenir tout au long de la chaîne de fabrication du vêtement : définition, industrialisation, réalisation, assemblage et contrôle des éléments constituant le vêtement. 

Il est aussi possible de faire une FCIL (formation complémentaire d’initiative locale) mode et accessoires et une FCIL insertion économique en chapellerie en un an. 

Niveau bac + 2 :

Diplôme national des métiers d’art et du design

Le DN MADE est un cycle de formation en trois ans qui vise le grade de licence. Son titulaire pourra occuper un poste d’assistant en conception dans un studio de création, en agence, dans des PME/PMI, exercer en indépendant ou accéder à un emploi d’artisan-concepteur maîtrisant des techniques pointues.

Formation continue :

Si vous désirez réaliser une réorientation professionnelle, il est possible de préparer le CAP métiers de la mode : chapelier-modiste en formation continue. 

Perspectives d’emploi

Cela reste compliqué pour les chapeliers d’avoir de grands débouchés, car souvent la haute couture concurrence les petits ateliers indépendants. Cependant, ouvrir sa boutique/atelier reste une perspective des plus réjouissantes. 

Salaire d’un chapelier

Le salaire du chapelier débutant s’approche du SMIC mais, en fin de carrière, il n’est pas rare de voir des professionnels du chapeau toucher jusqu’à plus de 4 000 € par mois. Tout dépend de leur clientèle, de leur expérience, du bouche-à-oreille, etc.

Comment trouver un emploi ?

En général, un chapelier va travailler à son compte et avoir son propre atelier, mais il est possible tout de même de trouver du travail en regardant sur le site du Musée du chapeau ou sur Job artisans.

Réalisez votre bilan de compétence

  • Préparer votre reconversion
  • Salariés en poste ou demandeurs d’emploi
  • Financement à 100% avec le CPF