Devenir Taxidermiste : Fiche métier et formation

Véritable métier artistique, la taxidermie poursuit un objectif ornemental, pédagogique ou scientifique.

Le taxidermiste peut exercer au sein de la fonction publique, où il opère essentiellement dans les musées.

Qu’est-ce qu’un taxidermiste ?

Le rôle du taxidermiste est de récréer des scènes de la vie animale dans le but d’éduquer et de sensibiliser le public.

La majorité des professionnels de ce secteur travaillent à leur compte. Ils se spécialisent dans ce cas dans la conservation des prises de chasse, qu’elles aient lieu dans les milieux ruraux ou au cours d’un safari animalier à l’étranger.

L’art de la taxidermie consiste à redonner vie aux dépouilles d’animaux en les naturalisant.

Pour y parvenir, le taxidermiste retire la peau de l’animal, la nettoie et la tanne avec minutie et patience. Le procédé dure plusieurs mois avant d’obtenir la création finale.

L’animal naturalisé doit impérativement donner l’impression d’être en vie. Chaque détail est essentiel : la mort disparait dans la composition. 

Pour ce résultat, il est primordial que le taxidermiste maîtrise parfaitement sa technique, car chaque défaut de la peau doit être camouflé.

Véritable sculpture, le mannequin en volume que crée ensuite le taxidermiste est destiné à accueillir la peau, les sabots, les bois, les défenses et même les dents de l’animal. Il est exposé dans une posture dynamique et vivante.

Remarque: un taxidermiste continue tout au long de sa carrière à se former auprès d’autres professionnels du vivant : dresseurs animaliers, éthologues, soigneurs, biologistes, ...

Ce travail en équipe avec ces spécialistes est essentiel pour parvenir à reproduire les mouvements et les postures caractéristiques des espèces sur lesquelles il œuvre.

Missions du taxidermiste

  • Conserver, découper, nettoyer et tanner les dépouilles animales
  • Sécher, nettoyer et intégrer les parties dures (dents, bois, sabots, griffes, …)
  • Reconstituer par la sculpture et la modélisation l’animal souhaité
  • Coudre et maquiller la peau pour ne laisser aucune trace de blessure
  • Création de parties non-conservables réalistes (yeux, langues, …)

Qualités pour devenir taxidermiste

Compréhension pointue et passion pour le vivant

Pour le taxidermiste, il est essentiel de connaître sur le bout des doigts les habitudes et les modes de vie des animaux servant de modèles à la naturalisation. 

Il doit observer le vivant, lui-même ou au travers du travail d’autres professionnels.

Sensibilité artistique et intuition

La naturalisation demande des talents de sculpteur aussi bien que de dessinateur pour conceptualiser la composition. 

Le taxidermiste est ainsi avant tout un artiste à qui aucun détail du vivant n’échappe.

Patience et minutie

Comme pour tous les métiers d’artisanat, la taxidermie demande de répéter des milliers de fois les mêmes mouvements

La création s’exerce dans le temps long, et la moindre œuvre peut prendre des centaines voire des milliers d’heures de travail.

Technique et rigueur

Pour que le sujet puisse reprendre vie, le taxidermiste vise un rendu réaliste et résilient au temps

Il doit maîtriser l’ensemble des techniques de naturalisation et les appliquer à la perfection. Ses créations ne souffrent aucune économie ni aucun raccourci.

Formation pour devenir taxidermiste

Formation initiale

La taxidermie étant un métier rare, il n’existe qu’une seule formation en France. Le CAP se prépare en deux ans dans le cadre d’un apprentissage.

En plus du tronc commun, les cours se construisent autour de différents enseignements spécifiques à la profession : anatomie, chimie, dessin, physiologie, biologie. 

Les deux seules institutions qui proposent ce CAP en France sont :

Formation continue

Il n’existe pas en France d’organisme de formation continue à destination des taxidermistes.

Néanmoins, le Syndicat des Naturalistes et Taxidermistes de France propose, uniquement à ses adhérents, différents stages de perfectionnement :

  • stage grands mammifères ;
  • stage moulages ;
  • stage poissons ;
  • stage oiseaux.

Quel est le salaire d’un taxidermiste ?

La taxidermie s’exerçant principalement en indépendant, il est compliqué d’estimer le revenu moyen de la profession. Tout dépend de la tarification appliquée à chaque œuvre.

Dans la fonction publique, pour un taxidermiste salarié, le revenu moyen pour un débutant est de 1500 € brut.

Débouchés et évolutions d’un taxidermiste

La taxidermie est un cas particulier. Puisque le métier est rare, il n’y a sur le marché que très peu de débouchés. Néanmoins, le faible nombre de taxidermistes (77 selon le SNTF) fait que tous les professionnels du secteur parviennent à en vivre.

Dans la fonction publique, le taxidermiste est soumis aux évolutions de carrière propres au secteur, qui se font essentiellement par voie de concours.

En ce qui concerne les entrepreneurs, c’est grâce aux réseaux sociaux, au bouche à oreille et à la qualité de leur travail qu’ils peuvent espérer évoluer dans la profession.

Remarque: pour un taxidermiste à son compte, il est essentiel de connaitre les périodes de chasse et d’adapter son activité en fonction. Le taxidermiste doit savoir se rendre particulièrement disponible durant cette période intense, car les dépouilles d’animaux ne se conservent pas longtemps.