AccueilMétiersDevenir Restaurateur d’art : missions, salaire et formation
Métiers

Devenir Restaurateur d’art : missions, salaire et formation

Restauration d'un tableau dans l'atelier de la Pinacotheque de Brera à Milan

Le métier de restaurateur d’art vous intéresse ? Les tableaux, les peintures murales, les sculptures et autres objets d’art sont des choses qui vous inspirent ? Vous êtes pointilleux, habile, manuel, avec une sensibilité artistique et une rigueur scientifique ? Découvrez les compétences, les missions, le salaire et les débouchés de cette profession.

Envie de changer de vie professionnelle ?

  • 100% financé par le CPF
  • Salariés en poste ou demandeurs d’emploi
  • À distance ou en face-à-face

TOP formations en ligne :

Missions

Dans le domaine artistique, la restauration englobe toute intervention et tout traitement dont le but est de rétablir l’état historique d’un objet ou d’un bâtiment ; et en conséquence, améliorer sa lisibilité, sa visibilité et son intégrité esthétique. Le métier du restaurateur d’art consiste donc à remettre en état des œuvres d’art (sculpture, peinture, céramique, photographie, meubles, etc.) détériorées à la suite d’un sinistre ou abîmées au fil du temps.

Historien de l’art et technicien à la fois, son travail passe d’abord par une analyse approfondie de l’objet à restaurer. Parfois, il peut être amené à s’appuyer sur des analyses en laboratoire afin de déterminer les outils et les méthodes adéquats pour ne pas abîmer davantage l’œuvre.

En principe, les interventions d’un restaurateur d’art sont spécifiques à chaque type d’objet, ce qui rend ses missions complexes et très variées.

Analyser l’état de l’objet à restaurer

La finalité des interventions d’un restaurateur d’art est de restructurer un objet et de lui redonner son aspect initial. Cela implique qu’il doit prendre en compte tous les aspects techniques en vue de ne pas dégrader l’œuvre en question. Pour cela, il procède à des études historiques, scientifiques et artistiques de cette dernière, puis établit un constat d’état de conservation et un diagnostic.

Définir la méthode appropriée et évaluer le coût

La méthode à utiliser, le lavage, le type de nettoyage, les retouches, la consolidation… aucun détail n’échappe au restaurateur d’art dans le cadre de la restauration d’un objet. De concert avec le propriétaire, il estime le coût des travaux.

Restaurer l’objet

La restauration proprement dite a souvent lieu dans un atelier ou à l’air libre (cela varie en fonction de l’objet). Avec rigueur, minutie, application manuelle et dans l’esprit de l’œuvre, le restaurateur d’art retrace les contours, les teintures et les différentes couleurs utilisées dans la conception d’un tableau, par exemple.

Tel un puzzle, il rassemble également les fragments d’une sculpture ou d’un monument pour rétablir sa forme de départ.

Par ailleurs, un restaurateur d’art participe fréquemment aux colloques pour partager son expérience et son expertise en matière de restauration des objets d’art.

Qualités et compétences

Le restaurateur d’art est un professionnel dont les missions sont très larges, demandant ainsi une grande variété de compétences et de qualités humaines. Entre savoir et savoir-faire, un restaurateur d’art se définit sur la base des qualités ci-après :

  • Une riche culture artistique et historique : Bien qu’il ne soit pas un artiste (il ne crée pas des œuvres), le restaurateur d’art possède tout de même une solide culture artistique. Il maîtrise l’histoire de l’art, les différents courants artistiques, les techniques et matériaux utilisés à chaque époque. Tout ce bagage encyclopédique lui permet de vite s’orienter dans la reconnaissance d’une œuvre et d’opérer pour la préservation des biens culturels.
  • Une patience infinie : de l’analyse au rétablissement d’une œuvre, plusieurs mois peuvent s’écouler. Il est donc important de savoir prendre le temps pour rendre fidèlement l’objet à son état initial.
  • Rigueur et minutie : le restaurateur d’art en a besoin quotidiennement pour ressortir les traits d’une peinture ou rétablir la dorure d’un cadre, par exemple. 

En outre, une habileté manuelle, une facilité à l’application, la curiosité et la méticulosité sont des qualités indispensables pour exercer le métier de restaurateur d’art. Ce spécialiste possède par ailleurs une conscience professionnelle irréprochable et des compétences scientifiques, en l’occurrence en chimie et en physique.

Un diplôme est-il obligatoire ?

Le métier de restaurateur d’art est très réglementé et très exigeant. D’après le code du Patrimoine, un master (diplôme de niveau Bac +5) obtenu dans une spécialité de restauration et conservation d’arts est le diplôme reconnu pour exercer officiellement cette profession.

Néanmoins, des formations de niveaux inférieurs permettent de s’insérer dans ce milieu professionnel et de gravir pas à pas les échelons.

Formation

Vous êtes une école ? Référencez vos formations

La plupart des formations conduisant au métier de restaurateur d’art sont des cursus spécialisés et agréés par l’État. Pour ceux qui souhaitent faire carrière dans ce domaine, voici ce à quoi s’attendre.

Niveau Bac

Bac professionnel Artisanat et Métiers d’art

Cette formation qui s’étend sur 3 années se déroule au lycée et prépare l’étudiant à intégrer un cycle d’études supérieures plutôt que d’exercer à titre professionnel le métier de restaurateur d’art. Il y acquiert des notions essentielles en art et techniques de tapisserie, de broderie, de taillerie, d’ébénisterie et de monuments historiques. 

Le titulaire de ce diplôme peut servir d’agent de collection dans un atelier de restauration, dans les organismes patrimoniaux, les musées, les bibliothèques, les services archéologiques, etc.

Niveau Bac +3

Diplôme national des Métiers d’art et du design (DN MADE)

L’accès au DN MADE mention objet est sur étude de dossier après l’obtention d’un baccalauréat professionnel ou généraliste. Le cursus s’étend sur 3 ans et repose sur un socle commun de notions fondamentales (théorie, culture, histoire) et transversales (procédés et outils de créations artistiques).

La 1re année est axée sur l’enseignement des outils indispensable en création et conservations artistiques. La 2e et la 3e année visent essentiellement la spécialisation, l’approfondissement et le perfectionnement.

Diplôme national d’art Mention conservation-restauration

En 3 ans, ce cursus prépare l’étudiant au métier de créateur et de conservateur d’objets d’art. En première année, il reçoit des notions générales sur l’art, la culture et l’histoire. La 2e et la 3e année permettent, quant à elles, de se spécialiser. La formation est composée de cours théoriques, de stages en ateliers, de séminaires et de projets personnels.

Bachelor Préservation du patrimoine

Cette formation est axée sur des apprentissages en conservation-restauration d’art. Accessible après un baccalauréat, elle s’étend sur 3 ans et est certifiée par un bachelor Préservation du patrimoine.

Tout au long de son cursus, l’étudiant s’imprègne de la valeur matérielle des œuvres d’art, les enjeux de conservation et de valorisation ainsi que les règles et la déontologie de cette profession.

Niveau Bac +5

Diplôme d’État (DE) de Restaurateur du patrimoine

C’est l’un des diplômes les plus privilégiés dans le domaine de la restauration des objets d’art. Il est délivré par l’Institut national du patrimoine. L’étudiant accède à la formation sur concours ensuite de son baccalauréat où 5 années de formations assidues l’attendent.

Durant le cursus, de nombreuses notions sont étudiées et approfondies, notamment les arts du feu, les arts graphiques, le mobilier, la photographie, la sculpture, la peinture et le textile. La formation s’étale sur 5 ans au cours desquelles le futur restaurateur d’art acquiert les bases théoriques, pratiques et scientifiques nécessaires pour exercer son métier.

D’autres formations de niveau Bac +5 reconnues par l’État conduisent également à l’exercice de cette profession :

  • Master Conservation-restauration des biens culturels
  • Diplôme national supérieur d’expression plastique, option conservation-restauration
  • Master mention conservation-restauration.

Envie de changer de vie professionnelle ?

  • 100% financé par le CPF
  • Salariés en poste ou demandeurs d’emploi
  • À distance ou en face-à-face

TOP formations en ligne :

Salaire

Fiche de salaire
Fiche de salaire

En début de carrière, un restaurateur d’art touche à peu près 1 700 euros brut par mois. En cours de carrière, et en fonction de son expertise, sa rémunération peut passer à 5 500 euros bruts par mois, voire plus.

Le gain mensuel des restaurateurs indépendants, en revanche, est évalué en moyenne à 3 050 euros bruts par mois.

Débouchés

La plupart des restaurateurs d’art (80 %) travaillent en libéral. Après quelques années d’exercice dans une structure publique ou privée, ils s’investissent dans l’ouverture de leur propre atelier. Néanmoins, les diplômés qui souhaitent évoluer un tant soit peu en tant que salariés peuvent saisir les opportunités qu’offrent les nombreux concours et travailler en tant que conservateurs de musée, par exemple.

Comme perspective d’évolution, le restaurateur d’art peut assumer, à la suite d’un concours, les fonctions de technicien d’art ou de chef de travaux d’art.

Trouver un emploi

Trouver un emploi
Trouver un emploi

Pour obtenir son premier poste, la voie la plus facile pour un restaurateur d’art est de se préparer pour passer les concours d’entrée en fonction publique. Autrement, il lui faut ouvrir son atelier de restauration d’art (seul ou en association).

Au sujet de l'auteur

Julien Romero

Entrepreneur et passionné des médias, je m'occupe de ce site pour aider les personnes en reconversion professionnelle. J'anime également un groupe de discussions sur Facebook. Je m'occupe également du site metier.org qui proposent des articles qui aident à trouver son futur métier.