AccueilMétiersDevenir Sapeur-pompier : missions, salaire et formation
Métiers

Devenir Sapeur-pompier : missions, salaire et formation

Sapeurs pompiers

Le métier de sapeur-pompier vous intéresse ? Vous avez une bonne condition physique, de l’altruisme et une vocation en ce qui concerne le sauvetage des vies ? Vous avez le sens du devoir, le don de soi et êtes capable d’intervenir dans des situations dangereuses pour sauver ? Découvrez les compétences, les missions, le salaire et les débouchés de cette profession.

Réalisez votre bilan de compétences :

  • 100% financé par le CPF
  • Salariés en poste ou demandeurs d’emploi
  • À distance ou en face-à-face

TOP formations en ligne :

Missions

Appelé autrefois sapeur d’incendies, le sapeur-pompier intervient dans tout type de situation d’urgence menaçant la sécurité des personnes et des biens. Le métier relève du domaine paramilitaire et a pour objectif principal de sauver les personnes (et les ressources) en danger.

Ainsi, le sapeur-pompier sera amené à intervenir dans des situations complexes comme voler au secours de victimes ou maîtriser un incendie. Étant donné la responsabilité qu’engage son métier, les missions de ce héros du quotidien sont multiples.

Apporter un secours d’urgence aux personnes en danger

Ceci est l’essentiel des missions des sapeurs-pompiers, car le secours d’urgence aux personnes représente 85 % de leurs interventions. Qu’il s’agisse des personnes noyées, intoxiquées ou coincées, les sapeurs-pompiers se dépêchent aussitôt contactés pour mener diverses opérations de sauvetage.

Ils disposent des atouts logistiques, techniques et des organisations pour mener à bien leurs missions de sauvetage.

Le Groupe d’intervention en milieu périlleux (GRIMP), les plongeurs et sauveteurs aquatiques, les équipes cynophiles et de « montagne »… le corps des sapeurs-pompiers dispose des groupements spécialisés pour intervenir dans toute situation afin de sauver des vies.

Sauver les personnes victimes d’accidents de routes

Les accidents routiers représentent une part importante des interventions des sapeurs-pompiers. De même, ils mettent à profit leurs compétences quand il s’agit d’accident naval, ferroviaire ou aérien.

Ils apportent entre autres aux victimes des secours médicaux, des opérations de désincarcération et d’acheminement vers des centres hospitaliers pour des soins plus intensifs.

Maîtriser les incendies

Les feux d’habitations, de routes et de véhicules sont des domaines traditionnels de compétence des sapeurs-pompiers. Les soldats de feu, comme on les désigne, sont le seul corps français de protection civile compétent à combattre le feu.

Alertés après le déclenchement d’un incendie, ils débarquent avec des moyens logistiques sophistiqués pour maîtriser le feu, sauver les personnes et les biens menacés.

Aujourd’hui, ils se servent des moyens technologiques et techniques très avancés, à l’image des canadairs puissants pour éteindre les incendies. Dans le même sens, ils interviennent pour maîtriser les feux de forêt afin de protéger le couvert végétal.

Les risques industriels et de pollution

Des accidents industriels comme la fuite de gaz polluants ou de liquides nocifs ou inflammables sont courants. Les sapeurs-pompiers sont également missionnés à intervenir pour un retour à la normale. Le corps des sauveteurs déploie, à cet effet, des moyens de protection et de maîtrise des déchets industriels pour limiter les pollutions.

Protéger la faune

En dehors des vies humaines, les interventions des sapeurs-pompiers sont également orientées vers la protection de la faune terrestre et aquatique. Cet engagement écologique est notamment marqué par leurs interventions lors des marées, des feux de forêt ou de catastrophes naturelles.

Qualités et compétences

Confronté quotidiennement à des conditions humaines difficiles, le sapeur-pompier doit absolument posséder des qualités inhérentes aux corps paramilitaires et paramédicaux. En apportant un secours d’urgence lors d’une situation périlleuse, l’équipe d’intervention des sapeurs-pompiers prodigue également les soins préliminaires aux victimes avant de les acheminer vers des centres hospitaliers. Pour exercer ce métier, voici les compétences et les qualités humaines requises :

  • Une bonne condition physique : bien entraîné au cours de sa formation, le sapeur-pompier travaille sa condition physique pour tenir face aux situations à risques. Soulever des matériels parfois lourds, grimper la façade d’un immeuble incendié ou gravir les escaliers à la rescousse d’une victime exige d’avoir une bonne aptitude sportive.
  • La vocation : devenir sapeur-pompier, c’est avant tout se vouer à une cause, celle de sauver des vies, peu importe la situation. 
  • Le courage et l’altruisme : pour confronter au quotidien les situations dangereuses liées à son métier, le soldat de feu doit savoir faire preuve de courage et du don de sa personne.
  • Le goût du risque : prendre des risques fait partie intégrante de l’exercice du métier de sapeur-pompier.
  • Efficacité et résistance : dans des situations d’urgences diverses, le sapeur-pompier doit, par réflexe, analyser et appréhender l’approche de sauvetage idéale.
  • L’autonomie : très souvent sollicité, le sapeur-pompier monte une garde de 24 heures à 48 heures d’affilée avant de s’arrêter pour une pause de la même durée. À cet effet, une autonomie et un sens d’organisation lui sont utiles.
  • Prudence : ce métier exige une extrême prudence pour protéger sa vie avant de sauver celle des autres.

Le sapeur-pompier possède, en outre, des notions de base en secourisme et en soins médicaux préliminaires

Un diplôme est-il obligatoire ?

Il est possible d’intégrer le régiment des sapeurs-pompiers en tant que volontaire, et de fait, aucun diplôme n’est spécifiquement exigé. Ceux-là représentent d’ailleurs près de 80 % des effectifs.

Cependant, les sapeurs-pompiers militaires et professionnels présentent au minimum un diplôme du niveau de secondaire (CAP, brevet des collèges) avant de passer les concours donnant accès aux formations.

Enfin, un diplôme de niveau Bac +2/+3 est plus ou moins nécessaire pour passer les concours de sapeur-pompier officier et faire partie de la hiérarchie.

Formation

Vous êtes une école ? Référencez vos formations

Le recrutement dans le corps des sapeurs-pompiers diffère selon le statut. L’accès aux formations est sur concours pour les professionnels (catégorie d’officier et de non-officier). Il faut, à cet effet, être de nationalité française, majeure et posséder un casier judiciaire vide.

Niveau V (secondaire)

BEP/CAP

Ce concours externe s’adresse aux sapeurs-pompiers professionnels civils et militaires (Brigades des sapeurs-pompiers de Paris, Bataillon des marins-pompiers de Marseille). La réussite au concours donne suite à une formation au niveau territorial rendant apte à l’exercice du métier en tant que non-officier.

Niveau Bac +2/+3

Grade de lieutenant et de capitaine

Il s’agit d’un concours interne/externe qui consacre au sapeur-pompier professionnel le grade d’officier. Il faut normalement un diplôme de niveau Bac +2 pour prétendre au titre d’officier lieutenant et un diplôme de niveau Bac +3 pour celui de capitaine.

Après les visites médicales d’usage et les tests psychotechniques, l’aspirant au métier de sapeur-pompier peut passer le concours qui se déroule en deux phases, l’une écrite, et l’autre sportive. Il s’ensuit un entretien individuel durant lequel les candidats ayant réussi valident leur admission.

Les sapeurs-pompiers seront pris en charge au niveau départemental où ils vont acquérir les compétences nécessaires à l’exercice de leur métier. Les officiers admis intégreront, de leur côté, l’École nationale supérieure des officiers de sapeurs-pompiers où ils suivront une formation de 18 mois.

Réalisez votre bilan de compétences :

  • 100% financé par le CPF
  • Salariés en poste ou demandeurs d’emploi
  • À distance ou en face-à-face

TOP formations en ligne :

Salaire

Fiche de salaire
Fiche de salaire

À la brigade des sapeurs-pompiers de Paris, le pompier célibataire, exempté de charges familiales, touche un salaire de 1 750 euros brut par mois. Mais plus généralement, la rémunération salariale des sapeurs-pompiers varie entre 1 600 et 4 460 euros bruts par mois.

Les indemnités (prime de qualification, heure supplémentaire) s’y ajoutent également. Employé dans une structure privée, le pompier professionnel gagne environ 2 300 euros bruts par mois. Quant aux sapeurs-pompiers volontaires, ils sont indemnisés entre 8 et 12 euros par heure en fonction de leur grade.

Débouchés

Les perspectives d’insertion professionnelle en ce qui concerne le métier de sapeur-pompier sont réelles. Le recrutement étant sur concours, les candidats admis sont directement affectés à un poste après leur formation.

L’évolution au cours de la carrière implique essentiellement de monter en grade. Et l’on y accède par mérite d’ancienneté ou en participant aux concours internes.

Le pompier peut également se spécialiser et devenir spéléologue, alpiniste, plongeur ou agent cynophile.

Trouver un emploi

Trouver un emploi
Trouver un emploi

Un sapeur-pompier est directement affecté à son poste après sa formation. Obtenir un poste dans les rangs de ce corps implique donc de s’investir pour réussir aux concours. Dans certains cas, les profils d’anciens sapeurs-pompiers sont recherchés dans des structures privées. Il faudra alors postuler pour une offre du genre pour faire valoir ses compétences.

Secteurs

Au sujet de l'auteur

Julien Romero

Entrepreneur et passionné des médias, je m'occupe de ce site pour aider les personnes en reconversion professionnelle. J'anime également un groupe de discussions sur Facebook. Je m'occupe également du site metier.org qui proposent des articles qui aident à trouver son futur métier.