AccueilMétiersDevenir Sénateur : missions, salaire et formation
Métiers

Devenir Sénateur : missions, salaire et formation

Hémicycle du sénat

Le métier de sénateur vous intéresse ? Vous êtes très actif et engagé dans la politique locale ? Vous avez une forte volonté de participer à la vie collective pour la faire évoluer ? Découvrez les compétences, les missions, le salaire et les débouchés de ce métier au pouvoir législatif important.

Réalisez votre bilan de compétences :

  • 100% financé par le CPF
  • Salariés en poste ou demandeurs d’emploi
  • À distance ou en face-à-face

TOP formations en ligne :

Missions

Pour comprendre les fonctions d’un sénateur, il faut savoir que le Parlement français est bicaméral (deux assemblées représentatives). Il se compose donc de l’Assemblée nationale (chambre basse) et du Sénat (chambre haute) qui détiennent conjointement le pouvoir législatif. Dans une certaine mesure, l’Assemblée nationale et le Sénat peuvent alors contrôler la vie politique du pays.

Contrairement à l’Assemblée nationale, le Sénat est central dans la répartition du pouvoir en France, puisqu’il ne peut pas être dissout par le chef de l’État. Ajoutons aussi qu’en cas de vacances de la présidence de la République, ce sera au président du Sénat d’assurer l’intérim.

Le sénateur, investi d’un mandat parlementaire, travaille donc au Sénat en participant à l’exercice de la souveraineté nationale. Il vote la loi et contrôle l’action du Gouvernement. Mais contrairement au député qui est élu au suffrage universel direct, le sénateur est plutôt élu au suffrage universel indirect. Il s’agit d’une élection à laquelle seuls les grands électeurs participent (députés, maires, conseillers municipaux, conseillers régionaux et départementaux, etc.).

Le sénateur bénéficie, tout comme le député, d’un statut protecteur qu’il faut plutôt voir comme l’instrument destiné à lui assurer l’indépendance et la liberté nécessaires à sa mission. En parlant de missions, un sénateur sera amené à :

  • Déposer des propositions de loi
  • voter des lois
  • proposer par amendement des modifications à un texte examiné (en commission puis en séance publique) et prendre la parole
  • saisir, avec au moins 59 autres sénateurs, le Conseil constitutionnel afin qu’il se prononce sur la conformité d’une loi votée
  • examiner, avant l’Assemblée nationale, les projets de loi relatifs à l’organisation des collectivités territoriales
  • interroger le Gouvernement 
  • examiner l’action du Gouvernement au sein d’une commission d’enquête
  • contrôler l’emploi de l’argent public, s’il est rapporteur spécial au sein de la commission des Finances.

Chaque sénateur est élu pour 6 ans, renouvelés par moitié tous les 3 ans. Le Sénat, composé de tous les sénateurs élus, assure la représentation des collectivités territoriales. Depuis 2011, ses membres sont au nombre de 348 dont :

  • 326 sénateurs élus dans les départements de métropole et d’outre-mer
  • 2 sénateurs élus en Polynésie française, 2 en Nouvelle-Calédonie et 2 à Mayotte
  • 1 sénateur élu dans les îles Wallis-et-Futuna, 1 à Saint-Barthélemy, 1 à Saint-Martin et 1 à Saint-Pierre-et-Miquelon
  • 12 représentants des Français de l’étranger élus par l’Assemblée des Français de l’étranger.

Pour l’élection, le mode du scrutin dépend du nombre de sénateurs à élire par circonscription. Il est majoritaire à 2 tours dans le cas d’une élection de 1 ou 2 sénateurs ou proportionnel pour l’élection de 3 sénateurs ou plus.

Bien qu’élus dans une circonscription, les sénateurs représentent la Nation tout entière, comme c’est le cas pour les députés. Chaque élu appartient obligatoirement à l’une des 7 commissions permanentes du Sénat :

  • Affaires économiques
  • affaires étrangères, défense et forces armées
  • affaires sociales
  • aménagement du territoire et du développement durable
  • culture, éducation et communication
  • finances
  • lois constitutionnelles, législation, suffrage universel, Règlement et administration générale.

Qualités et compétences

Pour devenir sénateur, il est primordial que le candidat possède certaines qualités humaines et des compétences spécifiques. Il doit également respecter des obligations pour se présenter aux élections.

Ainsi, un sénateur :

  • Est animé par l’envie de protéger les citoyens des dérives gouvernementales et de créer des lois pour les protéger
  • À la faculté d’apporter de la modération dans un débat
  • Sait faire preuve de bienveillance
  • Doit avoir des compétences juridiques
  • À des aptitudes relationnelles et un bon sens du contact.

Les missions d’un sénateur étant surtout d’ordre politique, il doit également pouvoir se tenir informé de l’actualité politique. Par ailleurs, la connaissance de l’Histoire politique est un véritable atout qui permettra au sénateur de bien comprendre le paysage et la vie politique qui l’entoure aujourd’hui.

En ce qui concerne les conditions d’éligibilité, un aspirant sénateur doit remplir les critères ci-après :

  • Être candidat, pour vérifier l’éligibilité
  • avoir au moins 24 ans au moment des élections
  • être de nationalité française
  • jouir de ses droits civils et politiques
  • ne pas se trouver dans l’un des cas d’incapacité prévus par la loi
  • ne pas se trouver dans l’un cas d’inéligibilité prévus par la loi
  • respecter les textes relatifs au financement des campagnes.

Notons que depuis 2000, les partis doivent, sous peine de sanctions financières, présenter à parité des hommes et des femmes aux élections législatives et sénatoriales.

Un diplôme est-il obligatoire ?

Pour être sénateur, aucune formation et aucun diplôme spécifiques ne sont requis. Il n’est donc pas nécessaire de sortir de grandes écoles ou encore d’être titulaire d’une licence d’administration publique.

Cependant, certaines formations facilitent l’accès à la fonction. Il est ainsi conseillé d’étudier le droit et/ou les sciences politiques. Cela vous permettra de comprendre au mieux les thématiques débattues au Sénat ainsi que les attributions que vous vous verrez confier.

Dans les faits, vous devez être très actif et engagé dans la politique locale afin d’espérer recueillir les suffrages des grands électeurs. À ce propos, il faut savoir que de nombreux élus parlementaires ont acquis le respect des citoyens et développé de précieuses connexions au cours de leurs parcours professionnels.

Formation

Vous êtes une école ? Référencez vos formations

Comme il faut posséder de réelles compétences juridiques pour exercer une fonction de sénateur, la plupart des sénateurs ont suivi des études dans ce domaine. Il y en a qui se sont également essayés à des études plus portées vers la vie politique, ainsi que ses codes et usages.

En général, l’étude du droit et/ou des sciences politiques permettront au sénateur de bien comprendre les thématiques débattues au Sénat et ses attributions. Voici quelques exemples de formations.

Niveau Bac

BUT CJ – Carrières Juridiques

Diplôme universitaire de technologie carrières juridiques, ce BUT CJ forme des assistants juridiques et des attachés commerciaux avec un solide bagage juridique. Il se prépare en 3 ans dans un IUT rattaché à une université.

Le diplômé d’un DUT Carrières Juridiques peut exercer des fonctions juridiques, comptables ou financières. Il mène à la vie active, mais le futur candidat au Sénat peut poursuivre les études en master à dominant juridique.

Licence de droit

La licence de droit qui, en 3 ans, permet l’acquisition des connaissances juridiques de base, d’un vocabulaire spécifique et d’une méthode de travail. Elle permet de se tourner vers de nombreux métiers spécialisés ou transversaux dans des secteurs d’activité variés.

Pour la formation, il est possible de se tourner vers une mention droit français et étranger ou administration publique.

Niveau Bac +3

Master Sciences politiques

Le Master Sciences politiques, en 2 ans, offre une formation approfondie en sciences politiques et sociales. La formation est marquée par l’interdisciplinarité et ouverte aux réalités des enjeux politiques et socio-économiques du monde moderne.

Réalisez votre bilan de compétences :

  • 100% financé par le CPF
  • Salariés en poste ou demandeurs d’emploi
  • À distance ou en face-à-face

TOP formations en ligne :

Salaire

Fiche de salaire
Fiche de salaire

Au poste de sénateur, on ne parle pas de salaire, mais plutôt d’indemnité parlementaire. Elle s’élève à 7 239,91 euros bruts par mois, depuis le 1er janvier 2020.

Débouchés

Après vous être vu confier le mandat de sénateur, votre travail au sein du Sénat et de l’Assemblée nationale débute. Il peut être de plusieurs ordres.

Un sénateur peut être élu, par ses confrères, membre de la Cour de justice de la République. Il s’agit d’une instance, composée de députés, de sénateurs, mais aussi de magistrats. Elle a pour mission de juger les membres et anciens membres du Gouvernement.

Le sénateur peut également participer à une commission d’enquête parlementaire visant, le plus souvent, à exercer un contrôle sur l’action gouvernementale.

Trouver un emploi

Trouver un emploi
Trouver un emploi

Pour exercer le métier de sénateur, vous devez vous présenter aux élections sénatoriales, à condition de respecter les conditions d’éligibilité.

Au sujet de l'auteur

Julien Romero

Entrepreneur et passionné des médias, je m'occupe de ce site pour aider les personnes en reconversion professionnelle. J'anime également un groupe de discussions sur Facebook. Je m'occupe également du site metier.org qui proposent des articles qui aident à trouver son futur métier.