AccueilMétiersDevenir Orthodontiste : missions, salaire et formation
Métiers

Devenir Orthodontiste : missions, salaire et formation

Modélisation 3d d'une dentition Avant/Après orthodontie

Le métier d’orthodontiste vous intéresse ? Faire de longues études et être capable de traiter les anomalies dento-faciales vous inspirent ? Vous êtes méticuleux et dévoué à tout ce que vous entreprenez ? Vous avez une grande capacité de concentration, un bon relationnel et êtes pédagogue ? Découvrez les compétences, les missions, le salaire et les débouchés de cette profession.

Envie de changer de vie professionnelle ?

  • 100% financé par le CPF
  • Salariés en poste ou demandeurs d’emploi
  • À distance ou en face-à-face

TOP formations en ligne :

Missions

L’orthodontiste est un médecin spécialisé dans le traitement des anomalies dentaires. Il s’occupe essentiellement des malformations de la mâchoire et de l’alignement des dents. Ce professionnel diagnostique et corrige les problèmes maxillo-dentaires et faciaux dans un but fonctionnel et esthétique.

Il est capable de prendre en charge les problèmes héréditaires qui se développent au fil du temps et qui sont causés par un traumatisme. La mission globale d’un orthodontiste consiste donc à aligner et harmoniser les dents, puis à réajuster les inclusions dentaires. Il intervient principalement pour aménager et rendre plus esthétique la dentition.

Toutefois, il ne faut pas confondre un chirurgien-dentiste et un orthodontiste. Le premier est un généraliste de la santé bucco-dentaire, tandis que le second est un spécialiste en orthopédie dento-faciale, avec 4 ans de formation supplémentaire. Il ne fait pas de la chirurgie dentaire, ni de la parodontite, mais plutôt la correction de dysfonctionnement des dents et le rétablissement de leur beauté.

Diagnostiquer les anomalies maxillo-dentaires

Une partie du rôle d’un orthodontiste concerne l’examen et les radiographies en vue de détecter les anomalies des mâchoires ainsi que les mauvais positionnements des dents : encombrements dentaires, dents incluses, etc. Il prend en charge les plus jeunes en denture de lait ou définitive de même que les adultes souhaitant faire l’orthodontie esthétique.

Dans la pratique, il procède à une consultation au cours de laquelle il fait le point sur le traitement adapté à chaque patient et détermine si le moment est convenable pour le pratiquer.

Corriger les anomalies

Le spécialiste des malformations dentaires définit ensuite les appareils correcteurs (fixes ou amovibles) susceptibles de corriger les problèmes d’alignement ou de positionnement des dents. Il réalise les devis et ordonne des prothèses dentaires auprès des spécialistes. L’orthodontiste procède ensuite à la pose et l’ajustement périodique des appareils.

Le spécialiste prodigue enfin des conseils et attire l’attention de son patient sur les contraintes alimentaires et les soins d’hygiène indispensables à adopter. Tout au long des 12 mois à 4 ans que peut durer le traitement orthodontique (cela varie selon les cas), l’orthodontiste garantit des suivis ponctuels au patient. Et ceci dans l’optique de surveiller l’efficacité du traitement et l’évolution de la dentition.

Qualités et compétences

L’orthodontie est une branche de la médecine qui demande beaucoup de compétences et de qualifications. Pour commencer, il faut naturellement posséder une solide connaissance de base en médecine générale, en hygiène et en anesthésiologie. Le professionnel orthodontiste se distingue également par sa dextérité bisannuelle sans faille ; chacun de ses gestes se fait avec une grande précision et de la minutie. Plus généralement, on attend d’un médecin orthodontiste :

  • une grande capacité de concentration
  • une grande assurance afin de pouvoir agir et rapidement dans les situations d’urgence
  • un bon sens de diplomatie, de relationnel et de l’écoute pour instaurer une relation de confiance entre lui et ses patients
  • de la pédagogie pour informer sa patientèle sur les objectifs du traitement appliqué et les recommandations à suivre pour espérer un bon résultat.

Par ailleurs, l’orthodontiste doit savoir faire preuve d’organisation et de promptitude. Au quotidien, en cabinet comme dans un centre hospitalier, il doit organiser au peigne fin ses rendez-vous pour ne pas être submergé.

Enfin, un orthodontiste doit être capable d’apprendre de nouvelles choses, de remettre en question ses acquis et de s’adapter aux nouvelles tendances dans la pratique de son métier. Une bonne capacité d’adaptation est donc indispensable pour bien évoluer à ce poste.

Un diplôme est-il obligatoire ?

Pour exercer le métier d’orthodontiste, il faut obligatoirement avoir un diplôme d’études spécialisées (DES) en orthodontie. Cela passe alors par 8 à 9 années d’études après l’obtention d’un baccalauréat scientifique.

Formation

Vous êtes une école ? Référencez vos formations

Pour devenir orthodontiste, il faut s’armer de patience pour suivre un long cursus universitaire. Il faudra compter 8 à 9 ans d’études à la suite du baccalauréat avant de pouvoir exercer ce métier. La formation se divise en 3 cycles. Et c’est au cours du dernier cycle, dont l’accès est conditionné à la réussite d’un concours, qu’a lieu la spécialisation en orthodontie.

1er cycle

L’accès à ce 1er cycle (2ᵉ et 3ᵉ année) se fait à la suite d’une première année d’études : le Parcours d’accès spécifique santé (PASS) ou une Licence avec option accès santé (LAS). L’admission se fait sur la base des résultats obtenus.

Le 1er cycle porte sur les connaissances fondamentales nécessaires à la prévention, au diagnostic et au traitement des maladies de la bouche, des dents et des mâchoires. L’étudiant est également formé aux notions de santé générale.

En fin de 3ᵉ année d’études, les étudiants obtiennent le DFGSO (diplôme de formation générale en sciences odontologiques), reconnu au niveau licence.

2ᵉ cycle

Le 2ᵉ cycle (4ᵉ et 5ᵉ année d’études) d’odontologie est marqué par l’approfondissement des enseignements indispensables. Ils sont complétés par d’autres matières comme la santé publique dentaire, l’odontologie légale et l’anesthésiologie.

Une bonne partie de la formation se déroule en stages, effectués pour l’essentiel dans des services d’odontologie du CHU (centre hospitalier universitaire) dont l’université est partenaire. Plusieurs stages dans d’autres services hospitaliers sont aussi prévus.

Au terme de la 5ᵉ année, les étudiants obtiennent le DFASO (diplôme de formation approfondie en sciences odontologiques), reconnu au niveau master.

3ᵉ cycle

Après sa 5ᵉ année d’études, l’étudiant a, en fonction de son projet et de ses résultats, le choix entre un cycle court et l’internat.

Le cycle court, en 1 an, ensuite la 5ᵉ année, permet d’obtenir le DE (diplôme d’État) en chirurgie dentaire.

Quant au cycle long ou internat, il est accessible sur concours et se prépare sur 3 ou 4 ans, ultérieurement à la 5ᵉ année d’études. Trois spécialités sont proposées, selon le rang de classement au concours et son projet professionnel :

  • l’orthopédie dento-faciale ou orthodontie qui se prépare en 3 ans
  • la médecine bucco-dentaire qui se prépare en 3 ans
  • la chirurgie orale (internat commun avec les médecins) qui se prépare en 4 ans.

C’est donc le long cycle qui permet d’obtenir, en plus du DE chirurgie dentaire, un DES (diplôme d’études spécialisées) en orthodontie.

Salaire

Fiche de salaire
Fiche de salaire

L’orthodontiste, a posteriori de sa formation et quelques années d’exercice, peut ouvrir son cabinet et exercer à son compte. Mieux, il peut être employé comme salarié dans un cabinet ou dans un centre hospitalier public.

Dans l’Hexagone, un orthodontiste, en début de carrière, peut toucher environ 4 000 euros bruts de salaire mensuel. Au fur et à mesure qu’il évolue et cumule de l’expérience, sa rémunération salariale peut grimper jusqu’à 9 000 euros bruts par mois, voire plus.

Il faut rappeler que la rémunération d’un orthodontiste peut varier en fonction de son lieu d’exercice, de son ancienneté, mais aussi de l’affluence de sa patientèle.

Envie de changer de vie professionnelle ?

  • 100% financé par le CPF
  • Salariés en poste ou demandeurs d’emploi
  • À distance ou en face-à-face

TOP formations en ligne :

Débouchés

Les orthodontistes sont élus à la fonction publique hospitalière et dans l’armée. Mais, le plus souvent, le recrutement se fait sur concours. Le métier est certes exigeant, mais il ouvre les voies à de très bonnes perspectives d’évolution de carrière.

Après quelques années d’exercice, le spécialiste est qualifié pour ouvrir son propre cabinet dentaire. De même, au vu de sa formation et de sa carrière, l’expert en rétablissement fonctionnel et esthétique de l’ensemble maxillo-dentaire peut être recruté dans un laboratoire. Il y surveillera essentiellement les travaux de recherche relevant de son domaine et de ses compétences.

Enfin, l’orthodontiste peut également enseigner dans une faculté d’odontologie sous le statut d’enseignant-chercheur.

Trouver un emploi

Trouver un emploi
Trouver un emploi

Très peu d’orthodontistes sortent chaque année des universités, en raison notamment de la sélectivité et de la complexité du parcours.

À la suite de sa formation, un orthodontiste a de très fortes chances d’être aussitôt recruté avec un très bon traitement salarial. Les stages et ses diverses interventions professionnelles dans les cabinets et les centres hospitaliers l’aident à acquérir de l’expérience et à s’insérer dans le milieu professionnel.

Secteurs

Au sujet de l'auteur

Julien Romero

Entrepreneur et passionné des médias, je m'occupe de ce site pour aider les personnes en reconversion professionnelle. J'anime également un groupe de discussions sur Facebook. Je m'occupe également du site metier.org qui proposent des articles qui aident à trouver son futur métier.