Devenir phytothérapeute | Fiche métier

Le phytothérapeute est un professionnel qui emploie des plantes médicinales dans le but de soigner. 

Découvrez tous les détails de ce métier : définition, missions, qualités requises, formations, salaire et débouchés.

Qu’est ce qu’un phytothérapeute ?

Issu des mots grecs « phyton », qui signifie « plante », et « therapein », qui veut dire « soigner », le terme « phytothérapeute » décrit littéralement un clinicien qui soigne naturellement par les plantes

En France, seuls les professionnels de santé en mesure d’établir des prescriptions, à savoir entre autres les médecins, les pharmaciens, les vétérinaires, les dentistes et les sages-femmes, peuvent se voir attribuer le titre de phytothérapeute.

La phytothérapie est une médecine traditionnelle dite « douce » ou « alternative »

Certaines plantes médicinales sont connues depuis longtemps tandis que d’autres plantes à vertu thérapeutique sont utilisées depuis plus récemment. 

Le phytothérapeute va utiliser des décoctions d’extraits végétaux et des infusions de plantes.

Il peut également avoir recours à l’aromathérapie, une pratique proche de la phytothérapie à ceci près qu’elle n’utilise pas toutes les parties de la plante mais seulement des extraits aromatiques.

Le phytothérapeute va notamment soigner les patients souffrant d’un déséquilibre de leur hygiène de vie

Il peut leur apporter des conseils pour une meilleure hygiène de vie (alimentation plus équilibrée, sommeil de meilleure qualité, pratique d’un sport, de la relaxation ou de la méditation, etc.).

Les missions du phytothérapeute

  • Le phytothérapeute se doit d’être à l’écoute de ses patients, de leur poser des questions et de les ausculter.
  • Il note les antécédents médicaux du patient.
  • Il procède à un examen complet de ce dernier (hygiène de vie, habitudes alimentaires, nature des troubles que présente le patient, traitements suivis).
  • Le phytothérapeute fait ensuite un diagnostic et dresse un bilan de santé.
  • Il établit alors une prescription.
  • Enfin, il assure un suivi de son patient.
metier phytotherapeute

Les qualités requises pour devenir phytothérapeute

Connaître le code de déontologie et le respecter

Comme tout professionnel de santé, le phytothérapeute se doit de connaître et de respecter le code de déontologie de sa profession. 

Une de ses grandes qualités est la discrétion. Il doit garder le secret professionnel et travailler de manière éthique.

Connaître le corps et les plantes sur le bout des ongles

Ces connaissances du corps humain et des plantes médicinales sont indispensables pour soigner au mieux le patient en fonction de sa pathologie.

Avoir un grand sens de l’écoute

Le phytothérapeute doit être à l’écoute de son patient. Il doit répondre à ses craintes, à ses inquiétudes, à ses questionnements et à ses préoccupations. 

L’écoute est primordiale pour instaurer un climat de confiance entre le thérapeute et son patient. 

C’est ainsi que le patient pourra se détendre pleinement lors de la consultation pour des résultats optimaux.

Être rigoureux et clair

Rigueur et clarté sont des maîtres mots dans la pratique de la phytothérapie. En effet, toute erreur dans l’utilisation des plantes peut entraîner des effets néfastes pour le patient.

Les formations pour devenir phytothérapeute

Les formations initiales

  • Pour pouvoir prétendre au titre de phytothérapeute, vous devrez obligatoirement suivre un cursus médical (médecine ou pharmacie par exemple).
  • Que vous soyez titulaire d’un CAP, d’un bac ou d’un bac+2, vous devrez retourner sur les bancs de l’université pour suivre des études de médecine.
  • Ces études seront plus ou moins longues en fonction de votre niveau et de votre spécialité de départ.
  • En effet, vous aurez le cas échéant la possibilité de valider certains modules universitaires.
  • Si vous êtes titulaire d’un CAP dans une discipline médicale, vous pourrez poursuivre des études universitaires de médecine sans nécessairement repasser tous les modules.
  • En tant que titulaire d’un bac, de préférence un bac scientifique, vous devrez suivre toute la formation.
  • Plus votre niveau sera élevé, moins vous aurez de modules à passer.
  • Tout dépend aussi de votre motivation.

La formation continue

  • Il existe une formation certifiante en phytothérapie composée d’une dizaine de modules.
  • C’est une formation très exigeante mais vous pourrez évoluer à votre rythme.
  • Pour plus de renseignements sur cette formation, rendez-vous sur le site https://federation-formation.org/formation/medecine-douce/formation-conseiller-en-phytothérapie
  • Vous pourrez faire une formation initiale en naturothérapie pour vous spécialiser ensuite en phytothérapie.
  • Cette formation vous permettra d’être conseiller en phytothérapie, le titre de phytothérapeute étant réservé aux personnes ayant suivi des études de médecine.
  • Contrairement au phytothérapeute, en tant que conseiller en phytothérapie, vous ne pourrez pas établir de prescription.

Le salaire d’un phytothérapeute

En règle générale, le phytothérapeute exerce en libéral. 

Ses revenus dépendent grandement de sa notoriété et du nombre de patients qu’il soigne.

Il pratique des honoraires libres mais il peut prétendre en moyenne à un salaire brut mensuel compris entre 1 500 et 2 200 euros.

Débouchés et évolutions du phytothérapeute

Comme précisé plus haut, le phytothérapeute exerce généralement de façon libérale. 

Toutefois, il peut également intervenir à l’hôpital ou dans une clinique privée

Le métier de phytothérapeute est peu évolutif mais ce dernier peut décider de suivre une formation pour faire évoluer son activité.