Témoignages : reconversion au temps de la pandémie… Planche de salut pour certains, déclic salvateur pour d’autres

Changer de vie... On en a tous rêvé un jour :  nouvelle région, nouveau boulot, et pourquoi pas, même, nouveau conjoint ! Mais pour la majeure partie d'entre nous, ces pulsions restent conjoncturelles et non suivies d'effets : le "train-train quotidien" reprend bien vite le dessus. 

Or, depuis mars 2019,  la Covid a changé la donne : jamais, la reconversion professionnelle n'a eu autant le vent en poupe. Dans certains cas, elle représente un simple acte de survie. Dans d'autres, elle est le fruit d'une recherche de sens... Quoi qu'il en soit, les reconversions battent leur plein. 

Focus sur ce phénomène qui s'est imposé en même temps que le virus.

L'impact de la pandémie sur le monde du travail 

Des baisses de salaire, ou plus de salaire du tout…

Ils font partie des secteurs de la restauration, du tourisme, de l’aéronautique, de la culture, ou des loisirs ; ils étaient, pour la plupart, épanouis dans leur travail et avaient foi en l’avenir… Jusqu’en mars 2020 !

Depuis, leur environnement professionnel s’est écroulé et leurs horizons se sont bouchés. Dans le meilleur des cas, ils connaissent une baisse de salaire; dans le pire, ils sont privés de ressources et vivent grâce à quelques aides de l’État. Selon l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), les secteurs, en France,  dont l’activité est très ralentie - voire stoppée - et qui sont les plus affectés par la crise sanitaire représentent 9,4% du PIB National… Ce sont donc plusieurs centaines de milliers de salariés ou d’indépendants dont les revenus s’effondrent et qui se demandent de quoi demain sera fait.

Le télétravail : attentes contre réalisé

D’autres salariés français ont eu la chance de voir leur emploi maintenu, mais sont contraints au télétravail depuis presque un an. Si travailler de chez soi en faisait rêver plus d’un, l’heure est au désenchantement pour nombre d’entre eux. Travailler de chez soi en pyjama c’est bien, mais partager la table de la cuisine avec le petit dernier qui fait ses devoirs devient vite plus compliqué !  Par ailleurs, la perte de lien social, le manque de repères, la motivation qui s’érode sont autant d’éléments qui viennent alimenter l’aspiration à une reconversion.

La recherche de sens

Tout cela, c’est le côté sombre de la pandémie ! Pour d’autres travailleurs, la crise sanitaire, tout comme le télétravail, ont été les éléments déclencheurs d’une remise en question personnelle plutôt bénéfique : ce que je fais est -il porteur de sens ? Suis-je heureux dans mon cadre professionnel ? Est-il normal que je passe 1 heure 30 dans les bouchons matin et soir, lorsque je ne suis pas en télétravail ? Peut-être puis-je trouver un nouveau métier qui, exercé à domicile, me permettra de multiplier ces précieux instants passés auprès des miens ?

Pour beaucoup de ces salariés, qu’ils soient en précarité professionnelle ou en quête de sens, la crise a clairement animé des désirs de reconversion…

Ils l'on fait ! 

De l’aéronautique à l’immobilier

Jérôme, 40 ans, est steward chez Air France depuis une quinzaine d’années. Il adore son métier ; et les avantages qui vont avec. Basé à Paris, mais originaire des Antilles, il aime raconter à ses copains qu’il a passé le week-end auprès de sa famille à Fort de France : vol de nuit long courrier le vendredi soir. Petit moment convivial au bord de la mer samedi ;  retour dimanche à Paris. Dépaysement total assuré à moindres frais…

Équipe Air France devant un avion de la compagnie

En mars 2020, les avions sont cloués au sol. Jérôme n’assure plus que quelques vols occasionnels et est placé en chômage partiel. Il jouit d’un salaire confortable et ne souffre pas trop de sa baisse de revenus, mais son moral est au plus bas : il ne comprend plus pourquoi il se lève le matin, il tourne en rond dans son petit appartement parisien ; et les rumeurs de plan social qui enflent chez Air France, suscitent son inquiétude.

Dès le mois de septembre, il prend une décision radicale… Il est encore jeune, il dispose de temps libre ; il va se former à un nouveau métier et choisit l’immobilier. Il prend contact avec un réseau de mandataires et enclenche un processus qui, somme toute, n’est pas si compliqué :  mobilisation de son CPF, formation en ligne, quelques visites « de terrain » avec son tuteur en octobre, prospection acharnée via les outils digitaux durant le second confinement …

Au mois de janvier 2021, Jérôme est opérationnel ! Il a signé quelques mandats et fait visiter avec enthousiasme ses premiers biens. Il est toujours salarié d’Air France, mais il est parvenu à occuper efficacement son temps libre, s’est ouvert à une nouvelle carrière et dispose d’une source de revenus complémentaires… Il est à présent riche d’une «  porte de sortie » au cas où les choses tourneraient mal chez Air France !

Des fûts de bière aux taxis parisiens

Stéphane, 50 ans, est, lui, chauffeur livreur depuis 30 ans pour un grossiste en boissons qui approvisionne les cafés hôtels restaurants parisiens. Directement impacté par la fermeture de ces derniers, son entreprise a placé 98% de ses chauffeurs en chômage partiel depuis bientôt un an. Stéphane, tout comme Jérôme, n’a aucune visibilité sur sa destinée… Le secteur de la restauration va-t-il reprendre, à quelle échéance ? Son employeur sera-t-il parvenu à passer le cap… ?

Stéphane décide de donner un nouveau sens à sa vie en ne comptant plus que sur lui-même. En quelques semaines, il réalise un bilan de compétences en ligne pour conforter un vieux rêve. Puis, il réunit ses quelques économies s’achète une licence de taxi et la formation qui va avec, et se lance !

Aujourd’hui, il a troqué son semi-remorque pour une petite citadine. Il continue à faire ce qu’il faisait depuis 30 ans : il sillonne les rues de Paris, mais cette fois, c’est pour lui !  Et si les touristes se font rares, son activité démarre tranquillement grâce aux Parisiens qui fuient les transports en commun.

Stéphane est comblé. Il conjugue son goût de la relation humaine avec le sentiment d’avoir repris son destin en mains.

Réalisez votre bilan de compétence

Avec iciFormation

  • Préparer votre reconversion
  • Salarié en poste • Demandeur d'emploi 
  • Financé intégralement grâce à vos droits CPF
ici logo